NOUVELLES

Le pape annule une visite à l'hôpital Gemelli de Rome pour "une indisposition"

27/06/2014 10:51 EDT | Actualisé 27/08/2014 05:12 EDT

Le pape François a annulé au dernier moment vendredi pour une "indisposition soudaine" une visite à l'hôpital romain de Gemelli, a annoncé le Vatican.

"A la suite d'une indisposition (...) le Saint-Père ne se rend pas cet après-midi(vendredi) au Gemelli", a indiqué le Saint-Siège dans un communiqué.

Interrogé par l'AFP, le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi a indiqué "ne pas pouvoir donner de précisions sur la nature de cette indisposition". Il a précisé que "jusqu'à ce matin, la visite était encore prévue" et que l'annonce avait été "soudaine".

Mais il a rappelé que le pape avait "une vie au rythme très intense, avec de nombreux engagements, tout le temps" et que "parfois s'il est nécessaire de renoncer à des activités, on le fait". "Je ne peux pas dire s'il s'agit d'une fatigue générale ou d'un problème intestinal", a ajouté le porte-parole, en rappelant que le pape avait annulé une visite il y a quelque temps au collège brésilien pour un problème digestif.

L'annulation de la visite avait été annoncée quelques minutes avant le communiqué officiel, aux fidèles présents dans cet hôpital appartenant à une fondation religieuse, par l'assistant ecclésiastique à l'Université catholique, Mgr Claudio Giuliodori, sans donner de raisons.

Selon l'agence de presse Ansa qui ne cite pas ses sources, le pape serait "très fatigué".

L'arrivée du pape pour une visite de trois heures avait été annoncée pour 13H30 GMT puis avait été repoussée d'une demi-heure avant l'annonce qu'il ne viendrait pas.

Les fidèles déçus sont montés sur la jeep décapotable préparée dans la cour de l'hôpital pour une photo souvenir, a constaté un photographe de l'AFP.

Ce n'est pas la première annulation au dernier moment d'un déplacement du pape François, âgé de 77 ans.

Le 19 juin,il avait renoncé à une longue procession entre les basiliques Saint-Jean-de-Latran et Sainte-Marie-Majeure, pour se ménager avant une visite en Calabre deux jours plus tard.

Depuis qu'il a été élu pape en mars 2013, l'ex-cardinal archevêque de Buenos Aires Jorge Mario Bergoglio, n'a pas pris de vacances.

Vigoureux, énergique, mais à la santé fragile notamment sur le plan pulmonaire, il se lève avant cinq heures du matin et se couche tôt.

Aux yeux de certains observateurs, il apparaît comme un homme pressé, comme s'il savait qu'il n'a pas beaucoup d'années devant lui pour réformer l'Eglise.

En mai dernier, devant des prêtres et des séminaristes en formation, il avait reconnu qu'il n'était pas un modèle à suivre quant à l'organisation et la charge de travail et que se "fatiguer inconsidérément" pouvait finir par "se payer cher".

fka/ljm/sym

PLUS:hp