NOUVELLES

Irak: le principal dignitaire chiite appelle à l'unité pour former un gouvernement

27/06/2014 09:16 EDT | Actualisé 27/08/2014 05:12 EDT

Le grand ayatollah Ali Al-Sistani, plus haute autorité religieuse chiite d'Irak, a appelé vendredi les dirigeants irakiens à s'unir et former un gouvernement d'union face à l'offensive fulgurante lancée par des insurgés sunnites qui menace le pays d'implosion.

"Ce qui est attendu des groupes politiques, c'est de se mettre d'accord sur les trois présidences (de la République, du Parlement et le Premier ministre, ndlr) dans le délai constitutionnel imparti", a déclaré lors du prêche hebdomadaire du vendredi cheikh Abdel Mehdi al-Karbalaï, au nom de l'ayatollah Sistani.

"C'est le début d'une solution politique que tout le monde recherche", a-t-il ajouté.

Ces remarques font écho aux appels répétés de dirigeants étrangers, dont le président américain Barack Obama, à former un gouvernement rassemblant toutes les forces politiques et les communautés irakiennes pour faire face à la crise.

Le Premier ministre Nouri al-Maliki, un chiite critiqué pour sa marginalisation des sunnites et son monopole du pouvoir, a finalement cédé à ses appels jeudi, jugeant nécessaire une solution politique qui irait de pair avec une action militaire.

Mais le processus politique pour un tel gouvernement risque d'être long. Le nouveau Parlement doit élire dans un délai de 30 jours un président de la République. Ce dernier aura ensuite 15 jours pour charger M. Maliki, dont le bloc est arrivé en tête des législatives fin avril, de former un nouveau gouvernement dans un délai de 30 jours.

"La solution qui préserve l'unité de l'Irak et les droits de toutes ses composantes selon la Constitution est déjà là et il est possible de se mettre d'accord si les intentions de toutes les parties sont bonnes", a insisté cheikh Abdel Mehdi al-Karbalaï.

Des insurgés sunnites ont déclenché le 9 juin une offensive fulgurante en Irak, prenant le contrôle de larges pans de territoires dans cinq provinces au nord et à l'ouest de Bagdad, et faisant plus de 1.000 morts et des centaines de milliers de déplacés selon l'ONU.

str-mah/psr/faa/hj

PLUS:hp