NOUVELLES

Irak : l'OIM demande des couloirs humanitaires pour aider les déplacés

27/06/2014 06:44 EDT | Actualisé 27/08/2014 05:12 EDT

L'OIM (Organisation internationale des Migrations) a lancé un appel vendredi à Genève pour l'ouverture de couloirs humanitaires afin d'atteindre les dizaines de milliers d'Irakiens, qui ont fui les combats au nord de leur pays et qui se sont réfugiés dans 17 des 18 gouvernorats du pays.

"Pourquoi l'accès est si difficile? En raison de l'insécurité, et des barrages routiers. Des centaines de barrages routiers empêchent de rejoindre les gens et empêchent les gens de rejoindre les points de distribution", a déclaré une porte-parole de l'OIM, Christiane Berthiaume, lors d'un point presse.

"L'OIM, avec le PAM et l'Unicef, ont été en mesure de distribuer des secours à environ 10.000 personnes ce mois mais c'est une goutte d'eau dans la mer, face aux dizaines de milliers de personnes qui ont fui les combats à Mossoul, Tal Afar, Tikrit, et sur la route sud de Bagdad", a souligné pour sa part Mandie Alexander, coordinatrice de l'aide d'urgence de l'OIM à Bagdad, citée dans un communiqué.

Pour les humanitaires, "la seule façon de pouvoir répondre" aux besoins des déplacés, "est la création de couloirs humanitaires", a relevé Mme Berthiaume.

Elle a expliqué que l'OIM demande en outre que les écoles, mosquées et hôpitaux soient déclarés "endroits neutres et sûrs" afin que les déplacés puissent s'y réfugier.

"Les deux hôpitaux les plus importants à Mossoul ont été détruits", a-t-elle ainsi déploré.

L'OIM a un staff de 250 personnes, y compris des locaux, en Irak, et a identifié 240.000 personnes déplacées dans le besoin, dans 240 localités.

"L'Irak n'est plus le pays que nous connaissions et l'Irak que nous connaissions n'existera plus jamais. C'est maintenant un pays totalement différent", a relevé Mme Alexander.

"On est revenu aux situations d'urgence de 2003 et 2006 et ce que nous avons maintenant c'est une urgence humanitaire très complexe avec d'énormes obstacles à surmonter", a-t-elle poursuivi.

Le 25 juin, l'ONU a revu largement à la hausse son appel de fonds pour les besoins humanitaires en Irak pour 2014, qui est passé de 103 millions à plus de 312 millions de dollars.

Quelque 1,2 millions d'Irakiens ont été déplacés par les combats et violences depuis le début de l'année, selon l'ONU. Environ 500.000 personnes ont été déplacées par les combats dans la région d'Al-Anbar (province sunnite, frontalière de la Syrie) depuis le début de l'année. En outre, près d'un demi-million ont fui les récents combats à Mossoul (nord, deuxième ville du pays) et des dizaines de milliers d'autres ont quitté les gouvernorats de Diyala (est) et de Salaheddine (nord).

Les insurgés sunnites menés par l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) ont lancé le 9 juin une vaste offensive et ont conquis de larges portions de territoires dans quatre provinces du Nord et de l'Est du pays, suscitant l'inquiétude de la communauté internationale.

mnb-apo/nl/ml

PLUS:hp