NOUVELLES

Contraction de l'édition mondiale en 2013

27/06/2014 08:19 EDT | Actualisé 27/08/2014 05:12 EDT

Contraction de l'activité, relance des concentrations, essor continu du numérique ont marqué l'édition mondiale en 2013, le tassement des ventes n'épargnant pas les géants du secteur, selon le palmarès annuel de Livres Hebdo.

Ce classement de l'édition mondiale, publié vendredi dans l'hebdomadaire français spécialisé, répertorie 81 sociétés, correspondant à 55 groupes de 16 pays réalisant chacun un chiffre d'affaires supérieur à 150 millions d'euros.

Les cinquante principaux groupes d'édition dans le monde ont totalisé 52,6 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2013, contre 54,8 milliards l'année précédente.

Ce palmarès, établi sur la base des données de 2013 par Rüdiger Wischenbart Content and Consulting, fait ressortir que les baisses d'activité touchent particulièrement les géants du top 10, ainsi que les groupes de petite dimension, alors que ceux de la tranche intermédiaire, affichant un chiffre d'affaires compris entre 750 millions d'euros et 1,3 milliard d'euros, progressent plutôt.

Le Britannique Pearson demeure le numéro un mondial de l'édition avec un chiffre d'affaires de 5,65 milliards d'euros en 2013, contre 6,91 milliards d'euros en 2012. 60% de son activité et 70% de ses profits sont réalisés aux Etats-Unis. Depuis qu'il a achevé de céder l'été dernier sa branche généraliste, Penguin, à Random House (Bertelsmann), rebaptisé Penguin Random House, le groupe s'est recentré sur son activité dans l'édition d'éducation.

L'année passée a d'ailleurs été marquée par la bonne tenue du secteur de l'éducation dans le monde, notamment dans les pays émergents, dont l'Inde.

2013 a aussi vu un regain d'énergie de l'édition généraliste, qui avait été la plus affectée depuis la fin des années 2000 par l'explosion du numérique dans le monde anglophone.

En revanche, l'édition professionnelle continue d'être à la peine.

Le groupe anglo-néerlandais Reed Elsevier, leader dans ce domaine et numéro deux mondial de l'édition, parvient encore à améliorer sa marge opérationnelle de 4%, mais avec un chiffre d'affaires en baisse de 1% (4,41 milliards d'euros). La division professionnelle du groupe anglo-canadien Thomson Reuters (no 3 mondial de l'édition avec un chiffre d'affaires de 4 milliards d'euros), recule en chiffre d'affaires comme en marge.

Seule une partie de l'édition juridique semble mieux s'en sortir.

Principal éditeur français et l'un des leaders sur le marché du livre anglophone et hispanophone, Hachette Livre (Lagardère) est le seul groupe hexagonal à figurer dans le Top 10 du classement, au 6e rang. Il a enregistré en 2013 un chiffre d'affaires de 2,06 milliards d'euros contre 2,07 milliards d'euros l'année précédente.

Le palmarès 2014 Livres Hebdo est repris en partenariat par Buchreport (Allemagne), Publishers Weekly (Etats-Unis), The Bookseller (Royaume-Uni) et PublishNews Brazil (Brésil).

cha/da/alc/ros

PLUS:hp