NOUVELLES

Cameron: Juncker est "la mauvaise personne" pour diriger la Commission européenne

27/06/2014 03:09 EDT | Actualisé 26/08/2014 05:12 EDT

Jean-Claude Juncker "est la mauvaise personne" pour diriger la Commission européenne, a réaffirmé vendredi le Premier ministre britannique, David Cameron, à Bruxelles.

M. Juncker "n'est pas la bonne personne pour mener cette institution", a-t-il insisté à son arrivée au second jour d'un sommet européen au cours duquel M. Juncker devrait être désigné comme futur président de la Commission par une large majorité de chefs d'Etat et de gouvernement des 28.

Au cours d'un bref dîner jeudi soir, M. Cameron, fermement opposé à la vision fédéraliste de l'Europe défendue par l'ancien Premier ministre du Luxembourg, avait prévenu ses homologues que la discussion serait "rude", selon plusieurs sources européennes.

Le choix de M. Juncker "est mauvais pour deux raisons", a expliqué M. Cameron vendredi: d'une part "pour une question de principe, (car) il n'est pas bon que les chefs de gouvernements européens abandonnent leur droit à nommer le dirigeant de la Commission", et d'autre part parce que "c'est la mauvaise personne". M. Juncker "a été au coeur du projet consistant à augmenter le pouvoir de Bruxelles et réduire celui des Etats nations pendant toute sa vie", a-t-il insisté.

Plusieurs dirigeants européens ont réaffirmé vendredi leur soutien ou leur ralliement à M. Juncker, "un homme politique expérimenté", selon la Première ministre danoise Helle Thorning-Schmidt

Quant au Premier ministre suédois Fredrick Reinfeldt, il a estimé que c'était "une question d'équilibre entre institutions", avec d'un côté le Conseil européen représentant les Etats, de l'autre le Parlement, et qu'il ne s'agissait "pas d'une question de personnes". M. Juncker "est la personne qui peut être élue", a-t-il ajouté.

"On peut comprendre" la position britannique, "et c'est respectable de leur point de vue, mais ils ne peuvent pas à eux seuls bloquer les 26 ou 27 autres pays qui seraient d'accord", a déclaré de son côté le Premier ministre belge Elio Di Rupo.

"Je sais que les chances sont contre moi, mais cela ne signifie pas que l'on doive changer d'avis. On doit défendre ses convictions et voter en conséquence", a déclaré M. Cameron.

cel/aje/jh

PLUS:hp