NOUVELLES

Les sacs de plastique à usage unique bientôt interdits en France

26/06/2014 09:47 EDT | Actualisé 26/08/2014 05:12 EDT
Alamy

Les sacs de plastique à usage unique seront interdits dans les commerces de France à partir de l'an prochain. Une mesure écologique adoptée jeudi par le gouvernement français qui juge ces sacs trop polluants.

Selon l'amendement apporté jeudi au projet de loi sur la biodiversité, tous les sacs de plastique du commerce devront, dès janvier 2016, être remplacés par des sacs réutilisables ou encore de nouveaux sacs compostables et biodégradables.

« Il s'agit de remplacer les sacs plastiques à usage unique qui entraînent des pollutions épouvantables, notamment marines, qui détruisent les espèces fragiles, par des sacs compostables ou biodégradables », a déclaré la ministre de l'Écologie Ségolène Royal, à Matignon.

Cette mesure était très attendue par les environnementalistes français, mais aussi par la population en général de plus en plus sensible aux effets de la pollution et des déchets.

Selon le quotidien Libération, un effort volontaire des grandes chaînes d'alimentation françaises a permis de réduire de 10,5 milliards à 700 millions le nombre de sacs de plastique distribués aux caisses entre 2002 et 2011.

Mais un effort supplémentaire reste à faire selon le gouvernement français, car cinq milliards de sacs de plastique à usage unique sont toujours distribués aux caisses des commerces et 12 milliards de sacs à fruits et légumes le sont dans les épiceries de France.

52 % moins de sacs au Québec

Il n'y a pas qu'en France qu'ont tente de réduire la pollution par les sacs de plastique.

Au Québec, notamment, des mesures volontaires adoptées par les commerces et les chaînes d'alimentation, qui chargent par ailleurs 5 ¢ pour chaque sac remis à la caisse, ont permis de réduire de plus de 52 % l'utilisation de sacs de plastique à usage unique dans la province.

Ainsi, entre 2007 et 2010, le nombre de sacs distribués aux caisses est passé de 2,2 milliards à un milliard par an.

Quant aux sommes perçues par la vente des sacs à 5 ¢, elles sont remises par les grandes chaînes à des organismes de protection de l'environnement.