NOUVELLES

Monaco disperse aux enchères le contenu de son musée napoléonien

26/06/2014 01:29 EDT | Actualisé 26/08/2014 05:12 EDT

Le Palais princier de Monaco vendra aux enchères les 15 et 16 novembre à Fontainebleau, près de Paris, le contenu de son musée dédié à Napoléon, selon un communiqué de l'étude Osenat, chargée de la vente.

"Les perspectives de nouveaux projets muséologiques dédiés à la Famille Grimaldi ont conduit la famille princière à se séparer d'une partie de cette exceptionnelle collection", explique l'étude, spécialiste de l'Empire, dans un communiqué transmis jeudi par le Palais princier.

Le Palais précise qu'il devrait communiquer vendredi sur cette vente révélée par le Figaro.

Cette collection, réunissant près de 1.000 lots, a été constituée pour l'essentiel au début du XXe siècle par le prince Louis II de Monaco (1870-1949). Elle a ensuite été ensuite enrichie par le Prince Rainier III qui a ouvert le musée en 1970.

Le musée napoléonien, installé au rez-de-chaussée de l'aile méridionale du Palais princier, est fermé depuis plusieurs mois.

Il possède des souvenirs historiques de Napoléon, des objets personnels, des manuscrits, des décorations, des armes, des tableaux.

Un rarissime bicorne en feutre noir de l'Empereur, qui aurait été porté durant le séjour à l'Ile d'Elbe, est estimé entre 300.000 et 400.000 euros.

Une des rares assiettes du service particulier de l'Empereur, provenant de l'île de Sainte-Hélène où Napoléon est mort en exil, est évaluée entre 80.000 et 100.000 euros.

Les chaussons de baptême du Roi de Rome, en satin blanc richement brodé, sont estimés entre 60.000 et 80.000 euros.

Un buste de l'Empereur par Antonio Canova, qui aurait été exposé au château de la Malmaison sous le Second Empire, est évalué 150.000 à 200.000 euros.

Une épée d'apparat, en or et pavée de diamants, du Tsar Alexandre II (1818-1881) pourrait rapporter entre 600.000 et 800.000 euros. Elle avait été donnée par le Tsar Alexandre III à la Princesse Yourievska (1847-1922).

La dispersion de cette collection sera "la vente du siècle" dans ce domaine, selon des sources du marché de l'art, interrogées par l'AFP. Le personnage de Napoléon continue à fasciner bien au-delà des frontières françaises. Les collectionneurs étrangers, notamment russes, sont nombreux à s'offrir des souvenirs napoléoniens.

Mais cette opération ne fait pas plaisir à tout le monde. "Je regrette que le contenu du musée soit dispersé", a déclaré Jean Etèvenaux, secrétaire général de l'association "Le Souvenir napoléonien", à l'AFP. "Cette collection était le fruit d'un travail remarquable de Louis II", a-t-il souligné.

"Je suppose que des musées français vont tenter d'acquérir des pièces mais en auront-ils les moyens ?", s'est-il interrogé.

pcm-cal/na/alc/mr

PLUS:hp