NOUVELLES

Les compressions réduisent la capacité de réaction de l'armée, selon le chef d'état-major

26/06/2014 08:32 EDT | Actualisé 26/08/2014 05:12 EDT
Radiocanada.ca

Le chef d'état-major de la Défense et le sous-ministre de la Défense nationale ont averti le gouvernement que les compressions du budget des Forces armées canadiennes auront un impact majeur sur les capacités et la réactivité de l'armée.

Tom Lawson et Richard Fadden ont émis un sérieux avertissement au ministre de la Défense, Rob Nicholson, dans un mémo daté du 20 novembre 2013, qui a été obtenu par la CBC en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.

« Sans, au moins, un maintien du financement actuel, nous toucherons directement à la capacité à intervenir et à la réactivité des flottes aériennes, maritimes et terrestres », indique le mémo.

En 2012, le gouvernement canadien a annoncé qu'il sabrerait 2,1 milliards de dollars du budget de 20 milliards des Forces armées canadiennes. Ces compressions comprennent un gel du budget, instauré en 2010.

Pour l'instant, les Forces armées réussissent à absorber les compressions. Mais, déjà, des exercices militaires et certaines formations ont dû être annulés, faute de budget, affirment MM. Fadden et Lawson.

« C'est clair que l'effet [des compressions] au cours des prochaines années fiscales sera beaucoup plus grave. Les conséquences d'un manque de pièces de rechange et d'un manque d'entretien des véhicules aériens, maritimes et terrestres se feront de plus en plus sentir », indique le mémo.

Achat d'équipement lourd

Pour sa part, un représentant du ministère de la Défense soutient, dans un communiqué, que le budget du gouvernement a augmenté de 4 % cette année. Cependant, la majorité de cette augmentation sera attribuée à l'achat d'équipement lourd, comme des avions, des chars d'assaut et des bateaux.

Les Forces armées ne peuvent pas, sans l'approbation du gouvernement, réduire le budget salarial et n'ont pas d'impact sur le financement accordé à l'achat d'équipements lourds.

Ainsi, les Forces armées ont accès à de moins en moins d'argent pour les exercices militaires, les armes, l'entretien et les pièces de rechange. Ils préviennent que l'équipement des Forces armées risque de tomber en désuétude et que les soldats en mission pourraient être directement touchés. 

Même budget qu'en 2007

L'Institut de la conférence des associations de la Défense précise que le gouvernement du Canada ne tient pas compte de l'inflation lorsqu'il affirme que le budget des Forces armées canadiennes a augmenté de 27 % depuis 2006. En fait, le présent budget, ajusté à l'inflation, est le même qu'en 2007, ajoute David Perry, analyste pour l'association.

Selon M. Perry, le budget des opérations et d'entretien a été réduit d'un cinquième. Il avertit le gouvernement qu'il économise peut-être un peu d'argent pour l'instant, mais que ces compressions coûteront très cher dans le futur. « C'est comme une voiture. Vous pouvez peut-être retarder le changement de vos freins. Mais un jour, vous en aurez besoin. »

INOLTRE SU HUFFPOST

Canadian Army In Flooded High River