NOUVELLES

Hollande souligne la primauté des "orientations" de l'UE sur le choix des personnes

26/06/2014 10:49 EDT | Actualisé 26/08/2014 05:12 EDT

Le président français François Hollande a souligné jeudi la primauté qu'il accordait aux "orientations" futures de l'Union européenne sur le choix du président de la Commission.

"Je souhaite que soient discutés d'abord l'agenda et les orientations, puis que nous allions vers le choix du président", a déclaré M. Hollande à son arrivée à une réunion des dirigeants du Parti socialiste européen (PSE) à Elverdinge, près d'Ypres en Belgique, où devait ensuite se tenir le premier jour du sommet européen.

"J'ai des positions à défendre, elles ne sont pas sur des personnes, elles sont sur ce que doit être l'Europe", a insisté le président français, en soulignant que les élections européennes avaient révélé "une attente beaucoup plus forte à l'égard de l'Europe sur l'emploi et la croissance".

Emmenés par M. Hollande et le chef du gouvernement italien Matteo Renzi, les dirigeants de la gauche européenne ont apporté leur soutien à l'ancien Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker, réclamant une plus grande flexibilité dans l'application du Pacte de stabilité.

"Pour ce qui concerne la France et les chefs de gouvernements sociaux-démocrates, ce qui compte, c'est la personne, bien sûr, mais surtout les orientations qui vont être définies, le mandat qui va être confié au président de la Commission européenne", a insisté M. Hollande.

"S'il y a une demande d'un vote, je suis pour le vote", a-t-il aussi indiqué, alors que le Premier ministre britannique David Cameron, hostile à la nomination de M. Juncker, a annoncé qu'il allait demander un vote vendredi.

Mais "s'il peut y avoir unanimité", "pas besoin de vote", a observé le président français, relevant le "large consensus autour de M. Juncker". "Il y a un moment où il est nécessaire que l'Europe dise ce qu'elle veut, aussi bien pour les personnes que pour les politiques à conduire", a-t-il dit.

ha/jlb/fw

PLUS:hp