NOUVELLES

Famille : le synode n'entend pas proposer un "divorce catholique"

26/06/2014 08:19 EDT | Actualisé 26/08/2014 05:12 EDT

Le prochain synode des évêques sur la famille en octobre n'a pas le projet de "changer la doctrine" de l'Eglise, en proposant par exemple un "divorce catholique", a indiqué jeudi un de ses responsables, douchant les espoirs des partisans d'une libéralisation radicale.

Les évêques qui se réuniront pour répondre aux défis des familles catholiques veulent "guérir les blessures" mais aucunement "changer la doctrine" en proposant par exemple un "divorce catholique", a insisté Mgr Bruno Forte, secrétaire spécial du synode, au cours d'une conférence de presse.

Il présentait avec d'autres prélats "l'Instrumentum Laboris", qui servira de document de travail aux évêques devant participer à cette réunion sur les défis de la famille, organisée au Vatican du 5 au 19 octobre, à la demande du pape François.

"La vraie urgence pastorale est de permettre à ceux qui vivent de grandes souffrances de soigner leurs blessures et de recommencer à cheminer avec toute la communauté ecclésiale", a dit Mgr Forte, faisant notamment allusion à ceux dont le mariage échoue.

"Tout cela n'a rien à voir avec le slogan banalisant d'un divorce catholique, comme certains ont dit en anticipant ce que ce synode pourrait apporter", a-t-il ajouté.

"La doctrine de l'Eglise, plusieurs fois réaffirmée ces dernières années, n'est pas en discussion", a encore souligné le prélat italien, considéré comme étant libéral.

Ces propos semblent doucher par avance les espoirs de ceux qui espéraient un changement de radical sur le divorce. Les évêques chercheront cependant des solutions pour permettre de mieux réintégrer les divorcés remariés.

Les défis de la famille, qui ont fait l'objet d'un questionnaire sans tabous comportant 39 questions à tous les diocèses du monde, sont ceux de l'explosion des divorces, des familles monaparentales, des cohabitations hors mariage, des unions entre personnes de même sexe.

Le sujet des divorcés remariés, a averti le cardinal français André Vingt-Trois, président délégué du synode, "ne doit pas occuper tout le champ de l'attention d'un synode qui serait celui d'Eglises occidentales fatiguées", alors que les cinq continents y sont représentés.

L'Instrumentum Laboris réaffirme "la donnée biblique de la famille fondée sur le mariage entre homme et femme". Il relève un nouveau "désir de famille" décelable chez les jeunes et les non croyants.

Le document met en avant l'encyclique du pape Paul VI (1968) "Humanae Vitae" qui s'était prononcée contre les moyens non naturels de contraception. Une encyclique "prophétique" qui a "redit l'union indissoluble entre l'amour conjugal et la transmission de la vie", a commenté Mgr Forte.

Mgr Vingt-Trois a insisté sur l'attention aux mères célibataires et aux femmes abandonnées, souvent immigrées, qui devront trouver l'écoute des pères synodaux.

jlv/ljm/bds

PLUS:hp