NOUVELLES

Deux journalistes du Somaliland condamnés à trois ans de prison

26/06/2014 04:24 EDT | Actualisé 25/08/2014 05:12 EDT

Deux journalistes de la région autoproclamée indépendante du Somaliland (nord de la Somalie) ont été condamnés à trois ans de prison, a-t-on appris jeudi auprès d'ONG de défense de la presse.

Yusuf Abdi Gabobe, propriétaire du groupe Haatuf Media Network, et son rédacteur en chef Ahmed Ali Egeh ont été condamnés mercredi pour "publication de fausses nouvelles" et "diffamation" à l'égard de responsables du gouvernement, a indiqué dans un communiqué Reporters sans frontières (RSF, basé à Paris).

M. Gadobe est incarcéré depuis la mi-juin mais M. Egeh "se cache depuis l'énoncé du verdict", selon RSF.

Le groupe Haatuf Media Network publie deux journaux, Haatuf en langue somali et le Somaliland Times en anglais. Le journal Haatuf avait été suspendu en avril après la publication d'articles accusant nommément deux importants ministres de malversations et de corruption.

Le Syndicat national des journalistes somaliens (NUSOJ) "condamne dans les termes les plus forts la peine sévère infligée aux deux journalistes", selon un communiqué de l'organisation.

"Le gouvernement du Somaliland bafoue ses propres lois en condamnant ces journalistes alors que les délits de presse ne sont plus passibles de peines de prison dans le pays. Ces condamnations battent un record d'absurdité", a estimé Cléa Kahn-Sriber, responsable du bureau Afrique de RSF.

"Il s'agit tout bonnement d'une chasse aux journalistes qui n'ont pourtant fait que leur travail d'information", a-t-elle ajouté.

La licence du groupe Haatuf Media Network a été retirée au cours du procès et les deux journalistes ont aussi été condamnés à verser une amende de quelque 4.000 dollars chacun, a précisé RSF.

Le secrétaire général du NUSOJ, Mohamed Ibrahim, a appelé les autorités du Somaliland à "à annuler le verdict et libérer les journalistes, et permettre aux journaux de reprendre leurs activités".

Le Somaliland, ancien protectorat britannique, s'est séparé de la Somalie en 1991, l'année où le reste de ce pays de la Corne de l'Afrique a sombré dans une guerre civile.

La Somalie est l'un des pays les plus dangereux au monde pour la presse. Un journaliste réputé dans le pays, Yusuf Keynan, a été tué la semaine dernière dans un attentat à Mogadiscio.

pjm/tmo/ayv/de

PLUS:hp