NOUVELLES

Radio-Canada : moins de télé, moins d'employés, plus de numérique (TWITTER)

26/06/2014 11:07 EDT | Actualisé 26/06/2014 12:47 EDT
PC

CBC/Radio-Canada souhaite doubler sa présence sur ses plateformes numériques et diminuer sa production d'émissions générales de télévision au cours des cinq prochaines années, selon son nouveau plan stratégique. Du même souffle, la société d'État annonce l'abolition de 1000 à 1500 emplois.

Un texte de Christian Noël

« On ne parle pas de sacrifice, on parle de renouveler la grille de la télévision de Radio-Canada, dit le président de CBC/Radio-Canada Hubert T. Lacroix. Ça fait plusieurs années que certaines émissions sont à notre grille, il faut les renouveler. Il faut suivre les habitudes de consommation des Canadiens. De plus en plus, ils consomment les médias sur la mobilité, le numérique, sur l'appareil de leur choix, dans leur poche »

Hubert T. Lacroix espère que cette transformation mettra un terme à l'hémorragie qui frappe la société d'État. Le 10 avril dernier, Radio-Canada avait annoncé des compressions de 130 millions de dollars et la suppression de l'équivalent de 657 postes à plein temps au cours des deux prochaines années.

Des centaines d'emplois disparaîtront

Cependant, M. Lacroix reconnaît que Radio-Canada comptera de 1000 à 1500 employés de moins d'ici 5 ans, parce que les personnes qui partent à la retraite ne seront pas remplacées. Cette diminution s'ajoute aux compressions déjà annoncées en avril. Ça signifie que Radio-Canada perdra 25 % de sa main d'oeuvre actuelle d'ici 2020.

« On va réduire nos infrastructures, on réduit le nombre de personnes qui travaillent à CBC/SRC. Ça signifie environ une centaine de millions de dollars de coûts qui sont sortis de Radio-Canada pour nous permettre d'éliminer tout déficit structurel, de se créer une marge de crédit et de réinvestir dans nos émissions de télévision chez les anglais et les français. »

Réduire de moitié les espaces de bureaux

M. Lacroix ajoute que Radio-Canada veut réduire de moitié les espaces de bureaux de la société partout au Canada. « Radio-Canada ne fait pas dans l'immobilier, on fait dans le contenu. »

« Toutes nos ressources, il faut les investir en contenu. On ne peut plus supporter les infrastructures de production, nos édifices. Il faut réduire de moitié le nombre de pieds carrés qu'on a au Canada. Comme on a fait à Halifax, Rimouski, Matane et Saskatoon, où on a regroupé les gens dans des espaces plus petits, efficaces et modernes. »

Faits saillants

L'offre télé

  • visuelle de base de début de soirée sera réduite et assortie d'ajouts régionaux, de manchettes plus fréquentes et de nouvelles de dernière heure pour créer une expérience de type « mobile »;
  • La production d'émissions à l'interne sera réduite de manière significative dans toute l'organisation, à l'exclusion de l'information, des affaires publiques et de la radio;
  • Le journalisme sportif sera offert davantage sur le web et les plateformes mobiles;
  • Une réserve de 25 à 30 millions de dollars sera créée, soit 5 % des revenus commerciaux, pour aider à gérer le risque financier et investir dans la transition vers le mobile et le numérique.

INOLTRE SU HUFFPOST

25% moins d'employés à Radio-Canada: réactions Twitter
Les radiodiffuseurs publics les mieux financés par habitant
PLUS: