NOUVELLES

Un énorme nuage de fumée noire: un hélicoptère ukrainien abattu par les rebelles

25/06/2014 09:10 EDT | Actualisé 25/08/2014 05:12 EDT

"L'hélicoptère s'est écrasé vers 17h. Il y a eu un énorme nuage de fumée noire, puis j'ai vu deux explosions", raconte mercredi Oleksandr, 19 ans, près des restes de l'appareil militaire abattu la veille par les rebelles prorusses dans l'est de l'Ukraine.

Une grande partie de la carlingue et un morceau de métal portant les couleurs de l'Ukraine, jaune et bleu, reposaient mercredi dans un champ dans le village de Tchervonoarmiisk, à quelques km de Slaviansk, place forte des séparatistes prorusses, ont observé des journalistes de l'AFP sur place.

"Il y avait neuf personnes à bord de l'hélicoptère, un Mi-8. Selon les premières informations, ils sont tous morts", a déclaré un porte-parole de l'armée ukrainienne, Vladislav Selezniov.

Selon ce porte-parole, l'hélicoptère a été abattu par une roquette tirée par un système d'arme sol-air portable -- un type d'armement que Kiev accuse Moscou de fournir en sous-main à la rébellion. La Russie a toujours nié faire parvenir des armes aux insurgés.

"L'hélicoptère volait très bas", précise Oleksandr, qui a filmé la scène sur son téléphone portable.

Selon un autre habitant du village, Léonid, "des blindés ukrainiens sont arrivés très rapidement pour récupérer les corps. Ils ont probablement miné les abords de l'hélicoptère avant de partir".

Des traces fraîches de blindés sont visibles dans la boue des champs avoisinants. Les positions ukrainiennes sont à quelques centaines de mètres seulement.

Elles font partie du dispositif d'encerclement de la ville de Slaviansk, bastion des séparatistes et épicentre des combats dans l'est de l'Ukraine entre les rebelles et les forces ukrainiennes depuis plus de deux mois.

Les blindés ukrainiens sont venus mardi soir dans le village, à la recherche d'une camionnette qu'ils soupçonnaient d'avoir transporté le lance-roquettes ayant abattu l'appareil, a indiqué Léonid.

Les journalistes de l'AFP ont observé à plusieurs reprises des armes antiaériennes montées sur des camions et susceptibles d'être déplacées rapidement.

Le village de Tchervonoarmiisk est privé d'eau et d'électricité depuis deux mois en raison des bombardements dans la région, mais il n'a pas été touché directement par les combats.

"Les militaires ukrainiens sont tout près et les combattants prorusses à 3 kilomètres. Les blindés ukrainiens circulent régulièrement dans les rues du village. Il y a souvent des tirs dans les collines avoisinantes. Mes enfants ont peur", poursuit Léonid.

Pendant que parle Léonid, entouré de ses enfants qui font du vélo, on entend le bruit étouffé des bombardements qui se poursuivent du côté de Slaviansk, où ils ont commencé dès 06H00 du matin.

nm/blb/fw

PLUS:hp