Un client d’Hydro-Québec qui ne veut pas de nouveau compteur doit s'en faire installer un que l’on dit «non communicant» et, par conséquent, payer des frais de 48 $. D’autres, comme le PDG d’Hydro-Québec, Thierry Vandal, n’ont pas à débourser cette somme puisqu’ils ne sont pas assujettis aux décisions de la société d’État.

Étrange, non ? À vrai dire, pas totalement, selon ce qu’a constaté la chaîne Argent. Et sachez que le PDG qui a reçu une rémunération totale de 573 409$ en 2013 n’a rien à voir avec cette décision.

Car l’homme d'affaires qui réside sur le flanc du Mont-Royal, dans la ville cossue de Westmount, n’est pas desservi par la société d’Hydro-Québec, mais plutôt par Hydro-Westmount, un réseau municipal qui possède ses propres infrastructures.

Il n’est donc pas le seul à avoir ce privilège, nous apprend la chaîne Argent: les Westmountais ne se feront pas installer les nouveaux compteurs intelligents qu’Hydro-Québec déploient sur le territoire de la province.

Loading Slideshow...

Loading Slideshow...
  • Le centre-ville de Montréal

  • Aperçu du siège social d'Hydro-Québec

  • Thierry Vandal, le président-directeur général d'Hydro-Québec

  • Lise Croteau, vice-présidente comptabilité et contrôle d'Hydro-Québec


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?