NOUVELLES

Mondial/Allemagne - Löw: "on ne pense pas aux mathématiques"

25/06/2014 02:12 EDT | Actualisé 25/08/2014 05:12 EDT

Le sélectionneur de l'Allemagne Joachim Löw a assuré mercredi que son équipe ne pensait "pas aux mathématiques" avant un match jeudi à Recife contre les Etats-Unis, qui qualifierait les deux équipes en cas de match nul.

Q: Pouvez-vous nous parler de votre relation avec Jürgen Klinsmann (sélectionneur allemand des Etats-Unis) ?

R: "Je crois que le rapport entre Jürgen et moi, c'est très intéressant pour les médias. Mais personnellement, je pense que c'est un match contre un autre pays, comme d'habitude. Il est décisif pour la qualification. Ca n'a pas grand-chose à voir avec les entraîneurs. Dans le travail, nous avons eu une relation de confiance parfaite. On a gardé contact, on mange ensemble, on parle foot, on parle de l'Allemagne, des Etats-Unis. C'est une amitié et elle ne souffrira pas de ce match. Mais les gens qui nous connaissent savent qu'on est tous les deux ambitieux. Sur le terrain, on veut gagner."

Q: Que faut-il améliorer par rapport au match précédent ?

R: "Contre le Ghana, on a fait de bonnes choses, mais il y en a d'autres qui n'ont pas fonctionné comme on l'espérait. On en a parlé, ainsi que de ce qu'on pouvait changer et améliorer. On est prêt. Le point de départ, c'est qu'on doit être très bien préparé physiquement. Ils ont cette agressivité, on l'a vu, ils sont très en forme. Ils ont un avantage avec leur championnat qui est moins long. Jürgen a eu son équipe presque depuis janvier et ils travaillent ensemble depuis. Ils mettent une pression constante. Ils ont des joueurs très doués techniquement aussi. On connait nos adversaires, leurs points forts et leurs points faibles. Mais on doit surtout tirer profit de nos occasions et jouer sur nos qualités."

Q: Il y a eu de gros déséquilibres lors de ce match...

R: "A 1-0 on avait l'impression de contrôler et en fait on s'est retrouvé dans une situation difficile et il a fallu réagir. Puis à 2-2 on voulait continuer et c'est très positif. Ces déséquilibres, ça arrive quand deux équipes veulent gagner. Il y a aussi des actions et des comportements individuels qui expliquent ça. Les joueurs montaient tous sur corner, ils ne se repliaient pas assez. Mais les Ghanéens aussi. Ca rend le foot intéressant et ça peut aussi créer des problèmes à l'adversaire."

Q: Voulez-vous finir premiers pour éviter la Belgique en 8e de finale ?

R: "On suit ce qui se passe partout. Rien n'est fait pour l'instant. On ne veut éviter personne et on ne spécule pas. On prendra n'importe quel adversaire. Ce n'est pas pour ça qu'on veut être premier. On ne pense pas aux mathématiques, on veut juste gagner. Etre premier c'est un objectif."

Q: Que pensez-vous de l'équipe américaine ?

R: "Les Américains se sont améliorés tactiquement, ils sont très compacts. Ils laissent peu de temps au porteur de balle. Ils ont ce côté +une équipe, une nation+, ils sont très enthousiastes."

Q: Ce match évoque le RFA-Autriche de 1982. Vos joueurs s'en rendent-ils compte ?

R: "Aujourd'hui, ça ne signifie rien pour mon équipe. La plupart de mes joueurs n'étaient même pas nés. Ils n'ont pas d'opinion car ils n'ont pas vu le match. Ca n'est pas facile à comprendre aujourd'hui, on ne sait pas comment ça s'est passé. Mais Jürgen et moi, nous pensons à jouer pour gagner."

Propos recueillis en conférence de presse.

stt/jta

PLUS:hp