NOUVELLES

Le pétrole mitigé en Asie (106,60 USD)

25/06/2014 11:08 EDT | Actualisé 25/08/2014 05:12 EDT

Les cours du pétrole étaient mitigés jeudi matin en Asie, avant la publication d'une volée d'indicateurs sur l'économie américaine, premier consommateur mondial de brut, dans un marché qui reste soutenu par la levée possible de l'interdiction d'exporter du brut des Etats-Unis.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en août gagnait 13 cents, à 106,6" dollars, et le baril de Brent de la mer du Nord, livraison en août lui aussi, reculait de 2 cents à 113,98 USD.

Le marché attend la publication de plusieurs indicateurs clé sur l'économie américaine: revenus et dépenses des ménages, demandes d'emplois etc.

Après la révision en nette baisse de la croissance au premier trimestre, les investisseurs scruteront ces chiffres, pour voir s'ils s'inscrivent dans la tendance des précédentes statistiques du 2e trimestre, qui signalaient un net rebond, note le Crédit Agricole.

Les Etats-Unis sont les principaux consommateurs de brut du monde, dont l'économie est donc suivie de près par le marché pétrolier.

Les cours restaient en outre soutenus par les informations du Wall Street Journal de la veille, selon lesquelles les autorités américaines vont autoriser deux sociétés texanes à exporter du condensat, un type de pétrole extrêmement léger.

Les Etats-Unis disposent de condensat en grande quantité grâce au boom du gaz de schiste extrait par fracturation hydraulique.

Il est interdit d'exporter du pétrole brut depuis les États-Unis, une décision adoptée en 1975 dans le sillage du choc pétrolier de 1973 et à laquelle échappent les produits raffinés.

L'exploitation des gaz de schiste du Dakota du Nord, du Texas et de Pennsylvanie a dopé la production de brut aux Etats-Unis, réduisant nettement les besoins en importations de brut et créant même des surplus.

Le secteur pétrolier et une partie des élus du Congrès fait du coup pression pour que l'administration lève l'interdiction d'exporter du brut américain.

Mercredi, le baril de "light sweet crude" (WTI) avait gagné 47 cents, à 106,50 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord avait terminé en baisse de 46 cents à 114,00 dollars.

bjp/fmp/lv

PLUS:hp