NOUVELLES

Nord du Nigeria: 38 personnes tuées par des hommes armés à Kaduna (officiel)

24/06/2014 12:02 EDT | Actualisé 24/08/2014 05:12 EDT

Trente-huit personnes, majoritairement des femmes et des enfants, ont été tuées par des hommes armés dans l'attaque de deux villages de l'Etat de Kaduna, dans le nord du Nigeria, théâtre de violences interethniques depuis plusieurs années, ont déclaré des responsables locaux mardi.

"Vingt et une personnes ont été tuées à Karshi et 17 ont été tuées à Nandu. Nous n'avons pas encore identifié ceux qui sont derrière cette attaque", survenue lundi soir, a déclaré à l'AFP Emmanuel Adamu Danzaria, le chef du district où se trouvent les deux villages.

Ahmed Maiyaki, le porte-parole du gouverneur de Kaduna, Mukhtar Yero, a confirmé cette attaque et donné le même bilan, mais il a refusé de dire quel groupe ethnique pouvait être à l'origine des violences.

Aminu Lawan, le porte-parole de la police pour cet Etat, a déclaré avoir pris connaissance de ces attaques et précisé qu'une enquête avait été ouverte pour en identifier les auteurs.

Kaduna, qui constitue, avec l'Etat du Plateau, la "Middle belt", ligne de séparation entre le Nord majoritairement musulman et le Sud chrétien, a été le théâtre de violences interreligieuses, dont le point de départ est souvent lié à des querelles politiques.

Les violences qui ont suivi les élections générales de 2011 au Nigeria avaient fait plusieurs centaines de morts dans cet Etat.

En parallèle, dans les campagnes, il existe aussi des tensions entre agriculteurs chrétiens et des éleveurs nomades de l'ethnie peule, de religion musulmane.

L'organisation Human Rights Watch a indiqué en décembre dernier qu'environ 10.000 personnes ont été tuées dans les Etats de Kaduna et du Plateau depuis 1992 en raison de leur identité religieuse ou ethnique, dont plusieurs milliers depuis 2010.

abu-ade-bs/phz/cdc/sd

PLUS:hp