NOUVELLES

Mondial-2014: des milliers de Sans Toit réclament des logements avec vuvuzelas et tambours

24/06/2014 06:37 EDT | Actualisé 24/08/2014 05:12 EDT

Des milliers de manifestants du Mouvement des travailleurs sans toit (MTST) de Sao Paulo ont marché mardi au son des tambours et des vuvuzelas jusqu'à l'Assemblée législative de la mégapole du Brésil pour exiger la légalisation des terrains qu'ils occupent.

Quelque 5000 personnes, selon le MTST, ont occupé la rue située en face du bâtiment municipal et assurent qu'elles camperont là jusqu'à ce que soit approuvé le nouveau plan de "régularisation urbaine". Il est actuellement à l'examen par les conseillers municipaux de cette ville de 11 millions d'habitants intra-muros.

"Ce projet aurait déjà dû être voté en février. Il légalise certaines de nos occupations de terrain et nous bénéficiera", a déclaré à l'AFP Maria Siqueira, une des dirigeantes du MTST, le bras urbain du Mouvement des paysans Sans Terre.

D'après les dirigeants, le nombre de manifestants a atteint jusqu'à 9000 personnes, certains groupes s'étant massés dans les rues adjacentes.

La police n'a pas confirmé le nombre de protestataires rassemblés devant l'Assemblée législative qui exigent que soit voté le "nouveau plan directeur" qui légalisera des occupations de terrains du MTST, ce qui permettra d'y construire des logements sociaux promis par les autorités.

Sur l'une des pancartes brandies par les manifestants on pouvait lire "Tant que vous ne voterez pas, on habitera ici!".

Les manifestants on apporté des tentes et ont attaché des bâches aux grilles du bâtiment municipal sous lesquelles ils ont installé matelas et couvertures pour y passer la nuit. Ils espèrent rassembler 10.000 personnes.

Les forces de l'ordre les surveillaient de près, a constaté une journaliste de l'AFP.

Deux jours avant le coup d'envoi du Mondial qui a commencé le 12 juin à Sao Paulo, le MTST avait annoncé qu'il ne ferait pas de nouvelles manifestations pendant la Coupe du monde après avoir obtenu la promesse de nouveaux logements sociaux de la part des autorités locales.

Mais le week-end dernier, près de 800 personnes ont occupé un terrain privé au sud de la ville et y ont installé plus de 200 tentes.

nr-rs/cdo/fbx

PLUS:hp