NOUVELLES

Malmené en Bourse, American Apparel en guerre avec le fondateur déchu

24/06/2014 06:12 EDT | Actualisé 24/08/2014 05:12 EDT

Le fondateur du groupe textile American Apparel, Dov Charney, évincé manu militari la semaine dernière par le conseil d'administration, multiplie les actions pour regagner son poste, tandis que la descente aux enfers boursière du groupe s'est poursuivie mardi.

Le titre American Apparel a encore chuté de 21,35% à 53 cents mardi à Wall Street, ce qui représente une capitalisation boursière d'à peine 91,69 millions de dollars. Il est loin des 15 dollars atteints par le passé.

Le bras de fer se poursuit entre M. Charney et le conseil d'administration du groupe de textile qui se flatte de produire encore une partie de ses vêtements aux Etats-Unis.

M. Charney a saisi lundi soir une instance arbitrale américaine (American Arbitration Association) pour demander à être réintégré dans ses fonctions, a-t-on appris de source proche du dossier.

Dans un document boursier consulté mardi par l'AFP, Dov Charney, 45 ans, affirme qu'il va contester "vigoureusement" la décision "injustifiée" du conseil d'administration.

Il indique avoir été approché par un "groupe de personnes" parmi lesquelles se trouvent des actionnaires qui envisagent un remaniement du conseil d'administration.

Au cas où ces démarches échoueraient, M. Charney, qui détient 27% du groupe, explique dans une interview au Financial Times mardi qu'il va réclamer entre 23 et 25 millions d'indemnités de licenciement.

Le 19 juin, Dov Charney a été suspendu de ses fonctions de président du conseil d'administration avec effet immédiat et son licenciement était prévu dans les trente jours.

Le conseil d'administration l'a remplacé provisoirement par un triumvirat.

Il est reproché principalement à M. Charney son incapacité à mettre un terme à la descente aux enfers boursiers de sa société.

Fondé en 1989 à Montréal et désormais basé à Los Angeles, American Apparel a connu une forte croissance, alimentée par des publicités souvent sulfureuses.

Mais ses finances battent de l'aile: la société a encore perdu l'an dernier 106,3 millions de dollars sur des ventes de 633,9 millions. Elle avait déjà été déficitaire de 37,3 millions en 2012 et de 39,3 millions en 2011.

Les frasques de son fondateur n'ont pas non plus aidé, selon la presse américaine. M. Charney a notamment fait la une des journaux à scandale pour son exhibitionnisme.

lo/sl/gde

PLUS:hp