NOUVELLES

GB: Brooks/Coulson, le couple siamois au coeur du scandale

24/06/2014 08:39 EDT | Actualisé 24/08/2014 05:12 EDT

Amis de David Cameron, Rebekah Brooks et Andy Coulson partageaient bien d'autres choses encore, jusqu'à ce que la justice décide mardi de dissocier les anciens amants en ne retenant aucune charge contre elle et en le déclarant coupable dans le scandale des écoutes de presse.

Avec ces fines lunettes cerclées, Coulson est aussi discret que son ancienne amante à la chevelure rousse pouvait être incandescente. Pour le reste tout ou presque réunissait ces deux ambitieux, jusque dans leur chute, aussi spectaculaire que ne fut leur ascension au sommet du microcosme médiatico-politique.

Même âge (46 ans), mêmes origines modestes, même vocation dévorante pour un métier qu'ils allaient vivre à cent l'heure avant d'être consumés dans ses excès, ils ont dirigé l'une après l'autre le défunt hebdomadaire News of the World (NotW).

Entrée comme simple secrétaire, Brooks se distingue tout de suite par son charme magnétique et une audace qui bluffe ses collègues. Un jour, elle se cache, déguisée en femme de ménage, dans les toilettes d'un journal concurrent pour lui voler un scoop. Un autre, elle fait truffer de micros une chambre d'hôtel en vue d'y recueillir les confidences de James Hewitt, l'ancien amant de Lady Di.

Cette détermination à toute épreuve lui permet d'être propulsée à la tête du tabloïd en 2000. A 31 ans seulement. Trois ans plus tard, elle prend la tête du Sun, l'autre tabloïd du groupe. La consécration arrive en 2009, quand elle prend les fonctions de directrice générale de News International, la division qui chapeaute alors les journaux britanniques du groupe Murdoch.

Courtisée du tout Londres pour son pouvoir et son réseau sans pareil, on l'appelle la "reine des tabloïds" ou "la cinquième fille" de Rupert Murdoch. Elle invite David Cameron à passer le réveillon de Noël chez elle. Le Premier ministre lui répond par des textos signés "LOL, croyant que l'abréviation signifiait "lots of love".

Né dans une famille modeste, l'autodidacte Andy Coulson fait ses classes dans un journal local avant d'effectuer, lui aussi, une carrière éclair dans l'empire Murdoch. En 2003, à 34 ans, il devient le patron de la rédaction du NotW, en remplacement de... Rebekah Brooks. Il s'illustre en multipliant les exclusivités, souvent sulfureuses, sur des stars jusqu'à sa démission en 2007 lorsque les révélations sur les méthodes employées pour chasser le scoop se multiplient.

Alors que le NotW commence à couler lentement jusqu'à sa mort en 2011, peu après la démission de Brooks, Coulson se recycle comme conseiller politique et rejoint l'équipe de David Cameron, alors leader de l'opposition.

Il le suit à Downing Street en 2010, mais n'occupe que brièvement le poste de directeur de la communication avant d'être rattrapé par le scandale des écoutes et de démissionner à son tour.

Depuis, David Cameron prend soin de ne pas apparaître en public aux côtés du couple en disgrâce, qu'il avait pourtant invité en 2010 à fêter ses 44 ans.

Isolés, arrêtés et finalement inculpés, Rebekah Brooks et Andy Coulson se consacrent dès lors à la préparation de leur procès qu'on annonce comme étant celui "du siècle".

Il commence en octobre 2013 avec cette bombe lâchée par le procureur qui révèle qu'ils entretenaient une liaison secrète, en partie extra-conjugale, sur une période de six ans au début des années 2000.

Depuis, elle dit avoir "trouvé le bonheur pour la première fois" aux côtés de son mari Charlie Brooks. Un éleveur de chevaux de course et vieil ami de... David Cameron.

Blanchie mardi par le jury, elle est apparue si émue à l'énoncé du verdict qu'elle a dû quitter la salle. Andy Coulson, passible de prison, attend désormais la peine qui sera retenue contre lui.

jk/dh

PLUS:hp