NOUVELLES

Mondial-2014: la presse portugaise a du mal à croire au "miracle"

23/06/2014 05:36 EDT | Actualisé 23/08/2014 05:12 EDT

Le Portugal a évité l'élimination du Mondial sur le fil, mais sa qualification pour les huitièmes de finale relèverait du "miracle", soulignait la presse portugais lundi, au lendemain du nul arraché aux Etats-Unis à Manaus (2-2).

"Plus qu'un miracle", titrait en Une le quotidien sportif Record, sur une photo de Silvestre Varela, buteur dans les arrêts de jeu.

"Le but de Varela ne fait qu'alimenter un rêve dans lequel il est difficile de croire", poursuivait le journal.

"Seul un miracle permettra au Portugal de poursuivre le Mondial", "ce n'est plus qu'un rêve", écrivait aussi son concurrent A Bola, en rappelant le scénario invraisemblable dans lequel la Selecçao se qualifierait: "maintenant il faut faire un carton contre le Ghana et attendre un autre carton au match Allemagne-USA".

Même incrédulité dans la presse généraliste. "Varela maintient vivant un rêve improbable", titrait le quotidien "i", tandis que le Diario de Noticias évoquait "une équation pratiquement impossible".

"Seul un prodige arithmétique qualifiera le Portugal", dont la différence de buts est très défavorable en raison de la lourde défaite infligée par l'Allemagne (4-0) en ouverture, faisait écho le Jornal de Noticias.

Les images de déception de l'attaquant vedette Cristiano Ronaldo, la tête basse ou la main au front, illustraient à nouveau lundi la plupart des Unes de la presse lusitanienne, qui relevait la performance mitigée de l'astre du Real Madrid.

"Peu de critiques à lui faire, il a donné ce qu'il a pu, mais son engagement n'a pas caché qu'il est limité" par les pépins physiques qui ont marqué sa préparation pour la Coupe du monde, notait Record.

"Il a lutté jusqu'à la fin mais pas toujours avec succès", estimait aussi A Bola en soulignant toutefois le "centre millimétré" pour Varela lors du deuxième but portugais.

"Il a été plus présent mais, encore une fois, il n'a pas fait la différence", concluait le quotidien Publico.

Si Ronaldo était relativement épargné, la presse portugaise se montrait écoeurée par le manque de fraîcheur physique de son équipe nationale et par la série de blessures qui a frappé cinq joueurs en deux matches.

"Il a été douloureux d'assister à la performance du Portugal, les joueurs ne tenaient qu'à un fil", regrettait le chroniqueur de A Bola en s'interrogeant sur la qualité du travail de préparation et les choix du sélectionneur Paulo Bento.

Pour Record, "la situation est de plus en plus inquiétante et Bento risque de n'avoir que 18 joueurs disponibles" pour affronter le Ghana, jeudi à Brasilia.

tsc/bh/ep

PLUS:hp