NOUVELLES

Mondial-2014 - Suarez-Chiellini, duel clef d'Uruguay-Italie

23/06/2014 03:00 EDT | Actualisé 22/08/2014 05:12 EDT

Le combat entre le diabolique buteur Luis Suarez et le rugueux stoppeur Giorgio Chiellini synthétise le choc Uruguay-Italie de mardi à Natal, décisif pour l'accession aux huitièmes de finale du Mondial-2014.

Luis Suarez-Chiellini, "ultimate fighting"

Deux guerriers du football. La "garra charrua" (la griffe uruguayenne) de Luis Suarez contre la hargne de stoppeur à l'ancienne de Chiellini devrait faire des étincelles. La bouche un peu tordue du "Pistolero" contre le nez cassé de "Giorgione" donne des airs de "fight" à ce duel.

Si l'Uruguayen sait se servir de la main, comme en quarts de finale du dernier Mondial contre le Ghana, l'Italien sait jouer des coudes, comme en Serie A. Les sites de partage de vidéo sont chargés de coups de coude plus ou moins licites de Chiellini sous le maillot de la Juventus.

La forme du moment plaide pour Luis Suarez, auteur d'un doublé contre l'Angleterre, alors que le défenseur à la calvitie naissante est passé au travers de sa première mi-temps contre le Costa Rica. Et si l'Uruguayen était dans une chaise roulante il y a un moins, après une opération au genou, Chiellini a semblé jouer avec le frein à main au poste de latéral. Mais contre l'Uruguay, il retrouve son poste de central...

Balotelli-Giménez, les jeunes

De l'autre côté du terrain, José Giménez, le jeune (19 ans) remplaçant du capitaine Diego Lugano (blessé), aura la charge de surveiller Mario Balotelli, lourde tâche s'il joue à "Super Mario", plus légère si le buteur se montre aussi maladroit que contre le Costa Rica.

"C'est un attaquant très dur à marquer, à moi de m'en sortir", assure Giménez. Il s'agira d'être concentré à 100% pour qu'il n'ait pas d'occasion."

Finaliste du Mondial-2013 des moins de 20 ans contre la France, Giménez est "très fier et très heureux d'occuper la place du capitaine et d'avoir la confiance du Maestro (Oscar Tabárez)". Mais Balotelli est plus puissant physiquement que Daniel Sturridge, l'attaquant anglais que Giménez a contenu avec son partenaire de la charnière Diego Godin, qu'il côtoie également à l'Atletico Madrid, mais Giménez joue dans l'équipe des jeunes.

Balotelli joue lui en équipe première depuis longtemps déjà, en club comme en équipe nationale. Il ne ratera sans doute pas deux fois d'affilée un match dans les mêmes largeurs. S'il agace par son irrégularité en clubs, il est souvent très bon avec l'azzurro, son maillot préféré.

Briller contre l'Uruguay serait une bonne réponse à l'administrateur-déléguée du Milan, Barbara Berlusconi, qui a déclaré que Balotelli n'était "pas irremplaçable".

Pirlo-Gonzalez, la bataille du milieu

Le jeu de l'Italie dépend beaucoup des coups de pinceau d'Andrea Pirlo, mais l'artiste, 35 ans, est apparu fatigué dans la chaleur de Recife, et il ne fera pas plus doux à Natal.

Le bel "Architecte" devrait avoir Alvaro Gonzalez "alle calcagna", comme disent les Italiens, c'est-à-dire attaché à ses basques.

Le milieu défensif connaît particulièrement bien Pirlo pour le croiser depuis quatre ans avec la Lazio Rome.

Pirlo est le joueur qui crée le plus, celui par qui passent tous les ballons, prévient +Tata+ Gonzalez (29 ans). C'est un joueur à qui deux secondes suffisent pour donner un ballon qui fait mal".

En conséquence, "il faut le surveiller, nous devons être intelligents et contrôler la possession de balle de Pirlo", ajoute Gonzalez. Traduction: je ne le lâcherai pas d'une semelle.

De son côté Andrea Pirlo doit une revanche à ses tifosi après le Costa Rica. Il n'a tenu que 50 minutes, le temps de donner deux caviars gâchés par Balotelli et de frapper un coup franc sur le poteau. Mais l'Italie a tout fait pour récupérer physiquement et l'expérience parle pour Pirlo.

La sauna de Natal jouera aussi son rôle dans ce duel, mais il y a presque un an, Alvaro Rodriguez avait déjà tenté de prendre en individuelle Pirlo en finale de Super Coupe, et la Juve s'était imposée 4-0...

eba-dr/fbx

PLUS:hp