NOUVELLES

Mauritanie: réélu, Aziz s'engage à renforcer l'unité nationale

23/06/2014 08:22 EDT | Actualisé 23/08/2014 05:12 EDT

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a affirmé lundi, après sa réélection avec près de 82% des voix, qu'il voulait renforcer "l'unité nationale" en dépit de l'attitude de ses principaux opposants qui ont boycotté le scrutin.

"Fort de ce score (de 81,89% des voix), le président Mohamed Ould Abdel Aziz s'engage devant l'opinion nationale à être le président de tous les Mauritaniens et à garantir les droits de tous les citoyens, leur égalité devant la loi et devant les services de l'Etat", a déclaré son directeur de campagne, Sidi Ould Salem, en lisant une déclaration du président.

Parlant de "véritable plébiscite", le chef de l'Etat, réélu pour cinq ans, "renouvelle encore une fois son engagement à poursuivre une politique de renforcement de l'unité nationale, d'indépendance de la justice, de lutte contre la gabegie et les inégalités sociales, ainsi que de réduction de la pauvreté par une meilleure redistribution de la richesse nationale".

Il estime que "le taux de participation de 56,46% (...) témoigne d'une part de l'échec patent de ceux qui ont prôné le boycott et de l'engagement, d'autre part, de la grande partie du peuple mauritanien à poursuivre sans relâche le processus de consolidation de la démocratie et de la bonne gouvernance".

L'enjeu principal de la présidentielle, dont les résultats provisoires ont été annoncés dimanche par la Commission électorale nationale indépendante (Céni), était le taux de participation.

Les principaux opposants du président Abdel Aziz rassemblés au sein du Forum national pour la démocratie et l'unité (FNDU, opposition dite "radicale") avaient appelé à boycotter une élection organisée, selon eux, par un "pouvoir dictatorial" de manière "unilatérale".

Le président sortant, ex-général de 57 ans arrivé au pouvoir par un coup d'Etat en 2008 avant de se faire élire un an plus tard pour un premier mandat dans des conditions déjà contestées par ses principaux opposants, affrontait quatre autres candidats.

Le candidat antiesclavagiste Biram Ould Dah Ould Abeid, qui se présentait pour la première fois à une présidentielle, est arrivé second avec près de 9% des voix, très loin derrière le président Abdel Aziz.

Les candidats ont 48 heures pour faire des réclamations au Conseil constitutionnel, qui proclamera les résultats définitifs.

hos-stb/cs/sd

PLUS:hp