NOUVELLES

Irak: Bagdad a promis une protection juridique aux conseillers américains

23/06/2014 02:05 EDT | Actualisé 23/08/2014 05:12 EDT

L'Irak a promis une couverture juridique aux conseillers américains envoyés par Barack Obama dans le pays pour épauler les forces irakiennes dans leur lutte contre les insurgés sunnites.

Selon la Maison Blanche lundi, cette protection est énoncée dans une note diplomatique transmise à Washington.

La question du statut juridique et de l'immunité des forces américaines en Irak avait été au coeur de la décision des Etats-Unis de retirer toutes les troupes américaines à la fin 2011.

Certains adversaires républicains du président Barack Obama estiment d'ailleurs que le vide créé par le départ des troupes américaines a été exploité par les insurgés de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL).

"Le commandant en chef (M. Obama, ndlr) ne déciderait pas d'exposer nos hommes au danger sans avoir certaines assurances", a déclaré Josh Earnest, porte-parole de la Maison Blanche.

"Nous sommes en mesure de confirmer que l'Irak a fourni des assurances acceptables portant sur la protection de ce personnel à travers l'échange de notes diplomatiques", a-t-il poursuivi.

La semaine dernière, M. Obama a annoncé l'envoi de quelque 300 conseillers pour aider les forces irakiennes à contrer l'avancée des insurgés islamistes.

Selon M. Earnest, la situation actuelle en Irak est très différente de celle qui prévalait à la fin 2011, rendant du coup le caractère informel de cette couverture juridique acceptable.

"Il s'agit d'une situation d'urgence (...). Il est urgent que ces conseillers puissent être en mesure de travailler sur le terrain, en Irak", a-t-il dit, notant que leur nombre pour cette mission était bien inférieur aux plusieurs milliers qui auraient été envisagés pour une force après le départ des Etats-Unis d'Irak.

Le porte-parole du Pentagone, le contre-amiral John Kirby, a de son côté estimé que les protections promises par Bagdad étaient "appropriées à la mission de conseil et d'évaluation de court terme que nos troupes effectueront en Irak".

"Avec cet accord, nous allons être en mesure de commencer à établir les premières équipes d'évaluation", a-t-il assuré.

Des responsables ont indiqué que la première équipe d'évaluation pourrait se mettre au travail dès mardi.

La porte-parole du département d'Etat Marie Harf a également précisé que toute transgression des règles par les conseillers envoyés en Irak serait traitée selon le Code de justice militaire qui s'applique à tous les membres des forces armées américaines.

col/gde-sam/are

PLUS:hp