NOUVELLES

Guinée-Bissau: investiture du nouveau président Vaz

23/06/2014 03:13 EDT | Actualisé 23/08/2014 05:12 EDT

Le nouveau président bissau-guinéen José Mario Vaz, a été investi lundi dans un stade de la capitale, Bissau, en présence d'environ 15.000 personnes et de dix chefs d'Etat ouest-africains, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Je jure sur l'honneur de défendre la Constitution et les lois, l'indépendance et l'unité nationale, de mettre mon intelligence et mon énergie au service du peuple afin de remplir les tâches de la haute fonction pour laquelle j'ai été élu", a déclaré le président Vaz, la main droite levée et les yeux rivés sur la Constitution tenue devant lui par le président de la Cour suprême Paulo Sanha.

Puis 21 coups de canon ont été tirés avant que le chef de l'Etat ne prononce un discours de 45 minutes dans lequel il s'est engagé "au dialogue avec les partis politiques, le gouvernement et l'Assemblée nationale" dans un pays divisé et habitué aux coups d'Etat militaires, dont le dernier remonte à avril 2012.

"L'instabilité chronique dans lequel se trouve notre pays n'est pas la cause de nos problèmes", a-t-il cependant affirmé, "mais plutôt une conséquence de l'extrême pauvreté (...) que nous allons tous combattre".

Les chefs d'Etat présents venaient tous d'Afrique de l'Ouest: Macky Sall du Sénégal, Yaya Jammeh de Gambie, Alpha Condé de Guinée, Ibrahim Boubacar Keïta du Mali, Thomas Boni Yayi du Bénin, Blaise Compaoré du Burkina Faso, Mahamadou Issoufou du Niger, Jorge Carlos Fonseca du Cap-Vert, John Dramani Mahama du Ghana et Goodluck Jonathan du Nigeria.

"Cette journée est celle du retour à l'ordre constitutionnel normal et nous espérons que la Guinée-Bissau et son peuple seront accompagnés par toute la communauté internationale et par la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao)", a déclaré à l'AFP le président Macky Sall, dont le pays est frontalier de la Guinée-Bissau.

L'investiture de José Mario Vaz, élu le 18 mai avec 61,9% des voix, a eu lieu six jours après l'installation de la nouvelle Assemblée nationale issue des législatives organisées un mois plus tôt et remportées par la formation de M. Vaz, le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC).

Le PAIGC est le parti historique du pays qui a mené la guerre d'indépendance contre le colonisateur portugais, indépendance obtenue en 1974.

Ces élections mettent un terme à la période de transition, un peu plus de deux ans après le putsch du 12 avril 2012.

L'instabilité politique et la pauvreté en Guinée-Bissau ont facilité l'implantation depuis des années de trafiquants de drogue, avec la complicité présumée de hauts responsables de l'armée.

aye/stb/cs/sba

PLUS:hp