NOUVELLES

Mondial-2014: Fifa et gouvernement renforcent la sécurité autour des stades

21/06/2014 10:24 EDT | Actualisé 21/08/2014 05:12 EDT

La Fifa et le gouvernement brésilien ont décidé de renforcer le plan de sécurité pour le Mondial-2014 et de déployer plus d'effectifs autour de tous les stades, après des entrées en force de supporteurs argentins et chiliens au Maracana de Rio.

"Il a été décidé de renforcer la sécurité autour des stades et d'augmenter la présence de la sécurité publique aux accès et points de contrôle ainsi que celle de la sécurité privée dans les 12 stades", a annoncé l'instance internationale de football dans un communiqué de dernière heure publié vendredi.

L'annonce a eu lieu après une réunion à Rio de Janeiro, entre Le secrétaire général de la Fifa, Jérôme Valcke, le ministre brésilien de la justice, José Eduardo Cardozo et des représentants du Comité d'organisation de la Coupe (COL) ainsi que les ministres de la Défense et des Sports.

"Ce que nous voulons c'est un événement sûr. Tout ce qui est nécessaire pour assurer cette sécurité sera fait par la Fifa et le gouvernement", a déclaré M. Valcke à la presse.

La police militaire (PM) de Rio avait annoncé quelques heures avant de son côté qu'elle allait renforcer dès samedi ses effectifs et installer des barrières plus résistantes aux abords du stade Maracana.

"Nous allons établir un cordon d'isolement supplémentaire avec des grilles mobiles dans les zones sensibles du Maracana et mobiliser 600 policiers dans ces zones", a déclaré le commandant de la PM, le colonel José Luis Castro, lors d'une conférence de presse.

Ces 600 policiers s'ajouteront aux quelque 2.500 mobilisés à l'extérieur du stade, la sécurité à l'intérieur de l'enceinte revenant à des agents privés de la Fifa.

"Les effectifs privés lors du dernier match étaient de 1.037 hommes, effectifs qui seront maintenus pour le prochain match dimanche (Belgique-Russie). Selon le risque du match, nous pourrons déployer des effectifs plus importants", a déclaré Hilario Medeiros, gérant général du Comité organisateur local de la Coupe (COL).

"Nous avons des brigades d'intervention rapides qui sont intervenues pour contenir les supporteurs et après la PM les a arrêtés. Avec les nouvelles mesures, en cas de tentative d'entrée en force, nous aurons un deuxième cordon de policiers,", a-t-il ajouté.

- Failles ponctuelles au Maracana -

Le sous-secrétaire des grands événements du secrétariat à la sécurité de Rio, Roberto Alzir, a reconnu des "failles ponctuelles qui vont être corrigées et si ces mesures ne sont pas suffisantes, elles seront élargies".

Il a attribué en partie ces failles aux structures provisoires qui ont été montées au dernier moment et qui sont devenues des points vulnérables.

Mercredi, une centaine de supporteurs chiliens sans billet avaient forcé, peu avant le coup d'envoi du match Chili-Espagne (2-0), la porte d'entrée des médias du stade avant d'être maîtrisés puis interpellés.

Le 15 juin, une trentaines de fans argentins étaient déjà parvenus à entrer de force dans le stade sous l'oeil impuissant des stadiers.

Selon M. Alzir, "18 zones sensibles (dont les 12 portails d'entrée) ont été identifiées et c'est là que sera monté le cordon supplémentaire de policiers à des distances variables du stade.

M. Alzir a rappelé que le Maracana est construit dans une zone résidentielle où vivent 550.000 personnes. C'est actuellement l'endroit le plus visité de Rio après la statue du Christ aux bras ouverts qui surplombe la ville.

"Nous ne pouvons empêcher les touristes sans billets de s'approcher du Maracana pour prendre des photos. Il n'existe pas de zone d'interdiction totale autour du stade, mais en raison des manifestations, la PM a établi un périmètre de sécurité", a-t-il ajouté.

rs-cdo/pal/dhe

PLUS:hp