NOUVELLES

Le plan de paix ukrainien ne doit pas avoir "un caractère d'ultimatum" pour les insurgés (Kremlin)

21/06/2014 12:59 EDT | Actualisé 21/08/2014 05:12 EDT

Le président russe Vladimir Poutine a estimé que le plan de paix élaboré par son homologue ukrainien Petro Porochenko ne devait pas avoir "un caractère d'ultimatum" pour les insurgés prorusses, et qu'il sera "non viable" et "irréaliste" sans dialogue, a annoncé samedi le service de presse du Kremlin.

"Le plan de paix de M. Porochenko ne doit pas avoir un caractère d'ultimatum pour les insurgés", a déclaré M. Poutine, cité dans un communiqué, ajoutant qu'il "soutenait" la décision du président ukrainien d'ordonner un cessez-le-feu unilatéral pour permettre aux rebelles prorusses de déposer les armes.

"Le plan proposé, s'il n'est pas suivi d'effets concrets en vue de l'ouverture d'un dialogue, ne sera ni viable ni réaliste", a-t-il toutefois nuancé.

"La possibilité qui est offerte avec l'arrêt des opérations militaires doit être mise à profit pour entamer un dialogue constructif et trouver un compromis politique entre les parties belligérantes dans l'est de l'Ukraine", a poursuivi le président russe.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, cité dans un communiqué, a également indiqué, lors d'une visite samedi en Arabie Saoudite, que le plan de paix ukrainien "ressemblait à un ultimatum" et allait à l'encontre de ce qu'avait évoqué le président ukrainien lors de son entretien avec Vladimir Poutine en Normandie.

Le président ukrainien Petro Porochenko a dévoilé vendredi un plan de paix en 14 points pour mettre fin à l'insurrection séparatiste dans l'est du pays, qui comprend notamment un cessez-le-feu unilatéral d'une semaine, le "désarmement" des rebelles et "la garantie d'un couloir" pour que "les mercenaires russes et ukrainiens" puissent partir.

Cette décision n'a toutefois pas mis fin aux violences et l'armée ukrainienne combattait toujours samedi, près des bastions séparatistes de Donestsk et de Slaviansk, les insurgés prorusses qui ont rejeté le cessez-le-feu unilatéral décrété par Kiev.

Le président russe a également jugé "inadmissible" l'incident survenu vendredi, au cours duquel un tir effectué depuis le territoire ukrainien sur un poste-frontière russe a blessé un douanier.

Vladimir Poutine "appelle les deux parties en conflit à cessez toutes leurs opérations militaires et à s'asseoir à la table des négociations", conclut le communiqué.

pop/bir

PLUS:hp