NOUVELLES

Coupe du monde - Il y a 40 ans, la victoire historique de la RDA sur la RFA

21/06/2014 07:28 EDT | Actualisé 21/08/2014 05:12 EDT

Il y a quarante ans, le 22 juin 1974, s'affrontaient pour la première et dernière fois en Coupe du monde, les équipes nationales des deux Allemagne, séparées par le Mur, pour une victoire historique de la RDA (1-0) sur la RFA.

Les deux équipes disputaient à Hambourg leur troisième rencontre d'une compétition organisée cette année-là en Allemagne de l'Ouest. Et, si sportivement l'enjeu était mineur car les deux sélections étaient qualifiées pour la suite du tournoi, le contexte politique donnait un relief particulier à cette rencontre.

La RDA avait ainsi interdit tout geste de fraternisation à l'égard de l'équipe ouest-allemande emmenée par Franz Beckenbauer.

RDA et RFA s'étaient déjà affrontées, notamment lors des jeux Olympiques, mais jamais en tant qu'équipes nationales et encore moins en Coupe du monde.

Confrontation tendue, le match se débloqua à la 78e minute, grâce à un but de Jürgen Sparwasser, pensionnaire du FC Magdebourg, seul club de RDA à avoir gagné un trophée européen, la Coupe des vainqueurs de coupe, face au Milan AC, cette même année 1974.

"Non, ça ne m'ennuie pas quand on me parle de ce but, c'est quand même un morceau d'histoire contemporaine", a affirmé l'ancien milieu de terrain à l'agence sportive allemande SID, filiale de l'AFP.

Servi par une passe de quarante mètres alors qu'il est à l'entrée de la surface, Sparwasser se trouve entouré de trois adversaires: Beckenbauer, Schwarzenbeck et Vogts. "Je n'avais aucune chance", raconte-t-il. Après un contrôle chanceux du visage qui prend de vitesse les deux premiers défenseurs, il emmène le ballon sur sa droite, efface le dernier, feinte la frappe puis tire, trompant le gardien ouest-allemand, Sepp Maier.

- 'Reconnaissants à la RDA' -

"Nous avions mérité de gagner", estime encore le buteur qui, à 66 ans, s'occupe aujourd'hui de jeunes footballeurs du centre de formation de l'Eintracht Francfort (ouest), club de première division allemande.

La suite de la compétition ne fut pas aussi souriante pour l'équipe est-allemande. A l'époque, la phase de poules initiale débouchait sur deux groupes. La RDA fut battue par le Brésil (1-0) et les Pays-Bas (2-0) puis fit match nul face à l'Argentine (1-1).

A l'inverse, la RFA, piquée au vif par la défaite, opéra plusieurs changements majeurs dans l'équipe et profita d'un groupe a priori plus favorable pour enchaîner les victoires. "Nous aurions joué un groupe plus difficile (si nous avions gagné)", a reconnu plus tard Beckenbauer, ajoutant: "de cela, nous pouvons être reconnaissants à la RDA".

La RFA s'imposa face à la Yougoslavie (2-0), la Suède (4-2) et la Pologne (1-0) avant de battre en finale les Pays-Bas de Johan Cruyff (2-1) pour décrocher "sa" Coupe du monde.

- Echange de maillots -

Si officiellement le choc Est-Ouest se devait d'être hostile, en coulisses, les joueurs des deux Allemagne se rapprochèrent. Et en dépit des consignes, ceux de l'Est échangèrent leurs maillots avec leurs cousins de l'Ouest après la rencontre.

En rentrant au vestiaire, "Paul Breitner m'a demandé si nous pouvions faire l'échange et nous l'avons fait", se souvient Sparwasser qui a gardé d'excellents contacts avec l'ex-attaquant du Bayern Munich, ainsi qu'avec Günter Netzer et Sepp Maier.

Après la compétition, malgré son but, Sparwasser n'eut pas le destin d'un héros du sport est-allemand.

Il poursuivit cependant une carrière brillante avec Magdebourg jusqu'en 1979. Dans les années 1980, il refusa d'entraîner le club, comme lui demandait le régime est-allemand et un an avant la chute du Mur, lors d'une tournée des anciens joueurs de Magdebourg à Sarrebruck, il décida de passer à l'ouest.

Pour lui, c'est évident: il restera à tout jamais ce buteur de la RDA qui a battu la RFA. "Si, plus tard, sur ma pierre tombale se trouve l'inscription +Hambourg 1974+, chacun saura qui repose en-dessous".

ni-elr/sg/heg/dac

PLUS:hp