NOUVELLES

L'opposant russe Navalny soupçonné de vol de tableau après une perquisition à son domicile

20/06/2014 10:56 EDT | Actualisé 20/08/2014 05:12 EDT

L'opposant numéro un au Kremlin Alexeï Navalny a été accusé vendredi par les enquêteurs russes de vol de tableau après une perquisition réalisée au domicile du blogueur, déjà assigné à résidence et qui fait l'objet de plusieurs autres procédures judiciaires.

Le Comité d'enquête russe a annoncé dans un communiqué l'ouverture d'une affaire criminelle contre M. Navalny pour "vol de tableau" après la découverte chez lui d'une peinture "volée dans l'une des rues centrales de la ville de Vladimir" (centre-ouest de la Russie).

Cette peinture, en réalité "un dessin fait sur papier et collé sur du carton" selon l'avocat de l'opposant Vadim Kobzev, a été réalisée par un artiste local de Vladimir qui a pour habitude d'accrocher ses réalisations dans la rue. C'est ce dernier qui a signalé le vol à la police.

Selon M. Kobzev, des partisans d'Alexeï Navalny lui ont offert ce tableau, qui représente une "bonne personne" avec un panier de fruits face à une "mauvaise personne" avec une bouteille d'alcool, pour son anniversaire plus tôt en juin.

Les enquêteurs, la police et le FSB (Service fédéral de sécurité, ex-KGB) ont perquisitionné le domicile d'Alexeï Navalny et de sa famille vers 4 heures du matin vendredi, a expliqué M. Kobzev sur Twitter.

Ses soutiens, qui continuent de mettre à jour son blog, ont mis en ligne une photographie de M. Navalny dans son salon, entouré d'hommes en civil.

"La perquisition a été effectuée en présence d'avocats. La famille de M. Navalny n'était pas présente", a pour sa part indiqué un porte-parole du Comité d'enquête russe, cité par l'agence Interfax.

Alexeï Navalny a de son côté indiqué sur son blog que les enquêteurs avaient saisi, en plus du tableau, sa carte du service militaire et "trois vieilles factures qui n'avaient même pas été embarquées lors de la précédente fouille".

M. Navalny, déjà assigné à résidence avec l'interdiction d'utiliser internet et le téléphone et sous le coup d'une condamnation à cinq ans de camp avec sursis, est également accusé d'avoir détourné de l'argent au détriment de la firme française de cosmétiques Yves Rocher, ce qui pourrait lui valoir jusqu'à 10 ans de camp.

Cette perquisition est toutefois liée à une autre affaire vieille de huit ans, lorsqu'une société présidée par M. Navalny avait été accusée de fraude au détriment du parti d'opposition Union des forces de droite (SPS).

"Il s'agit d'une nouvelle tentative pour faire pression sur Alexeï Navalny. De toute évidence, il n'y avait pas besoin de conduire cette perquisition à 4 heures du matin pour une affaire vieille de 8 ans", a déclaré la porte-parole de l'opposant Anna Vedouta, cité par Interfax.

En mai, les domiciles de trois proches d'Alexeï Navalny avaient déjà fait l'objet de perquisitions, ces derniers étant soupçonnés d'avoir détourné des fonds destinés à la campagne électorale de l'opposant pour les municipales à Moscou en septembre 2013.

Alexeï Navalny, avocat de formation aux penchants nationalistes, opposant farouche à Vladimir Poutine, s'est fait connaître en dénonçant sur internet des affaires de corruption impliquant de hauts responsables russes.

Son blog avait été bloqué en mars par l'autorité russe de contrôle des médias.

pop/edy/bir

PLUS:hp