NOUVELLES

Les troupes russes près de l'Ukraine visent à renforcer la sécurité de la frontière (Kremlin)

20/06/2014 05:08 EDT | Actualisé 19/08/2014 05:12 EDT

La Russie s'est dite "surprise" vendredi par les accusations de l'Otan sur une concentration de troupes russes à la frontières ukrainienne, assurant qu'il ne s'agissait que de mesures liées à la protection de la frontière, décidées il y a plusieurs semaines.

Le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, a accusé jeudi la Russie de procéder à un "nouveau renforcement" de sa présence militaire à la frontière ukrainienne, qu'il a qualifié de "pas en arrière regrettable".

"Nous sommes surpris par ces déclarations sur une prétendue concentration de troupes russes à la frontière avec l'Ukraine. Dans ce cas, il ne s'agit pas d'une quelconque concentration, mais de mesures visant à renforcer la protection des frontières de la Russie", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par les agences russes.

"Pour ce qui est du nombre de (membres des) forces armées (impliquées), il est déterminé par les besoins pour assurer un niveau adéquat de sécurité à la frontière", a-t-il ajouté.

"Il n'y a aucun renforcement (de troupes). Une plus grande attention est simplement portée à la frontière car la situation nous inquiète", a abondé le conseiller diplomatique du Kremlin Iouri Ouchakov, ajoutant que "les garde-frontières reçoivent quelques renforts".

"Le président Poutine en a informé Angela Merkel et François Hollande lors de leur conversation téléphonique" jeudi, a-t-il indiqué. "En réalité, c'est notre droit" de renforcer la frontière.

Dmitri Peskov a également indiqué que ces mesures avaient été décidées "sur ordre direct" du président russe Vladimir Poutine "il y a quelques semaines de cela", en raison des "violations fréquentes" de la frontière côté ukrainien, "y compris avec des équipements militaires".

Moscou a affirmé la semaine dernière que des blindés ukrainiens avaient franchi la frontière avec la Russie avant d'être interceptés par les garde-frontières, alors que des accusations inverses ont été formulées par Kiev.

Le 7 juin, M. Poutine avait donné l'ordre de renforcer les contrôles à la frontière avec l'Ukraine, où affluent des habitants de l'Est et qui est le théâtre d'affrontement entre les insurgés prorusses et les troupes gouvernementales ukrainiennes.

pop/gmo/pt

PLUS:hp