NOUVELLES

La fièvre du Mondial gagne le sommet de l'Alliance du Pacifique

20/06/2014 03:06 EDT | Actualisé 20/08/2014 05:12 EDT

Réunis au Mexique pour le sommet de l'Alliance du Pacifique - Chili, Colombie, Mexique et Pérou - les chefs d'Etat ont montré que la Coupe du monde de football occupait au moins autant leur esprit que les discussions sur le libre commerce.

"Le Chili, la Colombie et le Mexique concentrent l'attention du monde en raison de la compétitivité et de la qualité de jeu que nous montrons au Mondial du Brésil", s'est félicité le président colombien Juan Manuel Santos.

Le chef d'Etat avait d'ailleurs manqué une bonne partie du repas d'honneur organisé la veille au soir pour suivre la qualification de son pays après sa victoire contre la Côte d'Ivoire (2-1). Bon joueur, il a tenu vendredi à rendre hommage à la nouvelle président chilienne, Michelle Bachelet.

"Bachelet a commencé d'un bon pied avec sa sélection qui a éliminé ni plus ni moins que le champion du monde" (l'Espagne), a dit Santos.

Les discussions qui se tiennent dans un hôtel de luxe de la côte pacifique du Mexique ont été émaillées de référence à la compétition en cours.

"Il faut espérer que nous allons mettre beaucoup de buts" au sein de l'Alliance, a déclaré Mme Bachelet, tandis que le président mexicain Enrique Peña Nieto, qui prend la présidence tournante de l'Alliance, a renchéri : "Je souhaite que le Mexique commence par marquer des buts sur le terrain footballistique et plus encore lors de cette présidence temporaire".

Le président péruvien Ollanta Humala, dont le pays n'est pas en lice, a mis son grain de sel.

"Ils discutent du Mondial. Je leur dis que le Pérou détient déjà le titre de champion de l'Alliance du Pacifique en beach-volley. Vous, vous êtes concentrés sur le football, mais nous on vous bat au volley", a-t-il lancé sous les applaudissements.

csc/jcb/hdz/jta

PLUS:hp