NOUVELLES

Investissements et ouvertures record pour les parcs à thème européens en 2014

20/06/2014 02:25 EDT | Actualisé 19/08/2014 05:12 EDT

L'année 2014 restera dans les annales. Jamais autant de parcs à thème, d'attractions et de spectacles n'ont été lancés en Europe et les investissements ont atteint un record, dans un secteur où ils sont vitaux.

Rien que pour de nouveaux manèges, plus de 500 millions d'euros ont été investis, indique l'Iaapa, l'association internationale du secteur. C'est "sans précédent", selon Karen Staley, la vice-présidente des activités européennes.

L'Europe compte environ 300 parcs, concentrés surtout sur quatre pays, le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne et l'Espagne.

Le champion de l'investissement cette année, c'est Disneyland Paris. Le numéro un européen du secteur inaugure début juillet une méga-attraction "Ratatouille" et tout un quartier dans son Walt Disney Studio pour plus de 200 millions d'euros, du jamais vu en Europe.

La concurrence s'active elle aussi même si ses investissements n'ont rien du gigantisme de Disneyland, qui avait déjà déboursé plus de 100 millions d'euros pour la Tour de la Terreur en 2008.

"Ce n'est pas la course aux armements...", dit à l'AFP Dominique Hummel, le patron du Futuroscope. Pour 6 millions d'euros, le parc cinématographique près de Poitiers (centre de la France) a lancé juste avant Noël sa "Machine à voyager dans le temps", une animation autour des Lapins Crétins.

L'allemand Europa Park, numéro 2 européen avec près de 5 millions de visiteurs en 2013, a lui lancé début avril sur 8.000 m2 sa plus grande attraction indoor depuis son ouverture en 1975, "Arthur au Royaume des Minimoys", en collaboration avec le réalisateur Luc Besson.

Nouveau spectacle, nouveau décor, nouvel hôtel 4 étoiles, nouveau restaurant... Le Puy du Fou en Vendée, dans l'ouest de la France, investit 20 millions d'euros en 2014, après déjà 10 millions en 2013.

- "Clients zappeurs" -

Au programme aussi, de nouvelles montagnes russes en Autriche, en Allemagne, en Norvège, en Suède et jusqu'au petit parc français Nigloland, qui s'est offert l'un des plus importants grand 8 d'Europe en avril, pour 8 millions d'euros, son record personnel.

Les thématiques ne manquent pas. Quartier Viking au Danemark, thème "Angry Birds" en Grande-Bretagne, espace aquatique de 30.000 m2 au Parque Warner à Madrid, rivière sauvage interactive et thème "Angkor" au parc espagnol Port Aventura, Alligator Baie au PAL en France, "Forêt d'Idefix" pour les petits chez Astérix...

Trois naissances sont aussi prévues en 2014: à Sotchi sur le site des JO, à Rome (Cinecitta) et en Alsace (nord-est de la France), où un parc "aérien" ouvre en juillet sur la thématique du Petit Prince.

Pourquoi tant d'effervescence ? Parce que les parcs de loisirs attirent. Plus de 150 millions de touristes internationaux en fréquentent chaque année pendant un séjour à l'étranger.

Parce qu'innover est "nécessaire pour capter des clients toujours plus zappeurs", explique Sophie Huberson, déléguée générale du syndicat français du secteur, le Snelac.

Et enfin, investir est "impératif pour rester rentable", dit-elle. "Les parcs qui renouvellent leur attractivité améliorent leur rapport qualité/prix. C'est un cercle vertueux: les investissements augmentent l'offre, ce qui allonge la durée de visite et intensifie la consommation sur place". In fine, "les parcs réinvestissent entre 8 et 25% de leur chiffre d'affaires chaque année", dit la patronne du Snelac.

ak/bpi/alc/jh

PLUS:hp