NOUVELLES

En Iran, les matches du Mondial-2014 se jouent à domicile

20/06/2014 11:05 EDT | Actualisé 20/08/2014 05:12 EDT

Privés d'écrans géants ou de soirées foot dans les espaces publics, les Iraniens, qui avaient fêté dans les rues la qualification de l'équipe nationale pour le Mondial brésilien, regarderont samedi leur "sommet" contre l'Argentine chez eux, entre amis.

Le 18 juin 2013, plusieurs milliers de personnes avaient envahi les rues pendant plusieurs heures et bloqué les autoroutes de Téhéran quand l'Iran avait empoché son billet pour la Coupe du monde, la quatrième de son histoire et la première depuis 2006.

La police était restée en retrait, laissant hommes et femmes s'enlacer et danser ensemble, dans une République islamique où la séparation des sexes est instituée dès l'école primaire.

La qualification avait offert un rare moment d'effusion de joie pour ce pays amoureux du football et soumis à des sanctions économiques sévères en raison de son programme nucléaire controversé.

Mais alors que l'Iran affronte samedi l'ogre argentin (Gr.F), le match reste officiellement un non-évènement. Les consignes sont claires: "Restez chez vous".

Quelques semaines avant le début de la compétition, la mixité a été interdite dans les salles de cinéma qui souhaitaient retransmettre les matches et ont préféré annuler leur opération.

Les cafés, salons de thé et restaurants ont aussi reçu la consigne de ne pas organiser de soirées spéciales lors des matches, officiellement pour ne pas encourager les paris, interdits par l'islam.

Hezar Destan, un restaurant traditionnel près de la grande avenue Vali-Asr, avait retransmis les matches de préparation de l'Iran et quelques jours avant la compétition, assurait qu'elle diffuserait ceux du Mondial. Mais selon un membre du personnel, la direction a changé d'avis après avoir reçu une mise en garde.

La patron d'un café sportif du nord de Téhéran a également dû annuler ses soirées foot. Certains contournent toutefois les avertissements, en envoyant des SMS d'invitation à des soirées privées.

- 'Esprit d'équipe' -

Les écrans géants, habituellement installés dans les parcs publics pour les grands événements sportifs, sont restés dans les cartons et les supporteurs se sont résolus à organiser des soirées entre amis.

"Je ne comprends pas pourquoi on ne peut pas regarder les matches en public. Dans tous les autres pays, les gens se réunissent pour soutenir leur équipe", affirme Shiva, une comptable de 26 ans.

"Pourquoi nous prive-t-on de ce simple droit? Qu'y a-t-il de mal à montrer notre solidarité? C'est très frustrant", ajoute-t-elle.

En temps ordinaire, les femmes ont déjà interdiction d'assister aux matches de football masculin dans les stades, officiellement pour protéger leur dignité face au comportement parfois "vulgaire" des hommes.

Il y a peu de fanions sur les voitures, les balcons ou dans les devantures des magasins, et dans les rues de rares affiches vantent les mérites de l'équipe nationale.

Réputée la plus faible du groupe, elle a pourtant obtenu le point du match nul (0-0) lundi contre le Nigeria.

Le président iranien Hassan Rohani a salué cette performance, en publiant sur Twitter une photo le montrant en train de regarder le match chez lui, un maillot de la sélection nationale sur le dos.

L'équipe de négociateurs nucléaires menée par le chef de la diplomatie Mohammad Javad Zarif a également posté une photo depuis Vienne, montrant le soutien gouvernemental à la Team Melli.

Avec un bon résultat contre la sélection Albiceleste, l'espoir d'un ticket - historique - pour les 8e de finale pourrait se jouer contre la Bosnie, le 25 juin.

"Nous n'avons pas de grands joueurs mais le sélectionneur Carlos Queiroz a réussi à créer un esprit d'équipe. Bien sûr, je n'ai pas beaucoup d'espoirs pour le match contre l'Argentine, on va peut-être se faire démolir", affirme Hossein, un artiste-peintre de 29 ans. Mais comme beaucoup d'autres Iraniens, il regardera le match "chez un ami, entouré d'autres copains".

adm/cyj/fcc/dhe

PLUS:hp