NOUVELLES

Défection d'un des plus grands espoirs du baseball cubain

20/06/2014 03:14 EDT | Actualisé 20/08/2014 05:12 EDT

Un des plus grands espoirs du baseball cubain, Yasmani Tomas, du club des Industriales de La Havane, a fait défection à l'étranger, comme ces dernières semaines huit danseurs du Ballet national de Cuba et deux joueurs de tennis, a indiqué vendredi le quotidien officiel Granma.

"Granma a appris la sortie du pays, à travers un trafic illégal de personnes sans scrupules, du joueur des Industriales Yasmani Tomas", indique le quotidien du Parti communiste de Cuba sans autre détail, en citant comme source le président de la fédération cubaine de baseball.

Granma ne précise pas dans quel pays se trouve Yasmani Tomas, 23 ans, 1,85 m et 104 kilos, un des plus prometteurs joueurs du sport national cubain.

Des sources proches de sa famille ont indiqué à l'AFP qu'il se trouvait en République dominicaine et que son objectif était de rejoindre les Major Leagues de baseball des Etats-Unis, où brillent déjà d'autres fugitifs cubains tels que Yasiel Puig, José Abreu, Aroldis Chapman ou Yoennis Cespedes.

"C'est le plus prometteur des joueurs cubains", avait estimé l'an dernier Victor Mesa, le sélectionneur de l'équipe nationale cubaine en vantant sa puissance, sa rapidité et ses qualités de batteur.

La défection de Yasmani Tomas fait suite à celles, début juin, de huit danseurs du Ballet national de Cuba, puis de deux joueurs de l'équipe de la Coupe Davis de tennis, qui ont tous profité d'un voyage professionnel à Porto Rico pour quitter Cuba.

Une réforme migratoire a assoupli depuis janvier 2013 les conditions de voyage à l'étranger, mais beaucoup de Cubains - artistes, sportifs ou fonctionnaires - continuent de profiter de voyages à l'étranger pour faire défection.

"Les causes de l'émigration cubaine ne sont pas seulement politiques, le problème fondamental c'est que l'île compte de nombreux spécialistes hautement qualifiés auxquels l'Etat ne peut pas apporter des espaces de réalisation, ni personnelle ni économique", a déclaré à l'AFP l'analyste Jorge de Armas, de centre de réflexion Cubains Américains pour l'Engagement (CAFE), basé à Miami, aux Etats-Unis.

fj-jhd/hdz/vog

PLUS:hp