NOUVELLES

Mondial-2014/Ghana: André Ayew et le Mondial, une histoire de famille

19/06/2014 10:58 EDT | Actualisé 19/08/2014 05:12 EDT

Pour le milieu de terrain du Ghana, André Ayew, buteur contre les USA et qui s'apprête à rencontrer l'Allemagne samedi, la Coupe du monde s'apparente à une histoire de famille, avec en 2010 comme en 2014 la présence à ses côtés en sélection d'un frère de sang.

Les Ayew représentent plus qu'une famille dans le monde du football, une véritable dynastie. André est le fils d'Abedi Ayew, milieu de terrain surdoué, qui prend le nom de "Pelé" en hommage à la star brésilienne. En 1993, c'est lui qui tire le corner repris par Basile Boli et qui donne à l'Olympique de Marseille son unique Ligue des champions à ce jour. Le frère d'Abedi, Kwane, avec moins de talent, mène aussi carrière, entre Metz, l'Arabie Saoudite et le Portugal.

Formé à Marseille, André, 24 ans, est le digne successeur de son père, milieu de terrain technique et ultra-rapide, encore aujourd'hui meilleur buteur de la sélection ghanéenne (33 buts).

Après des débuts en Ligue 1 française en août 2007, André est prêté à Lorient puis Arles-Avignon avant de revenir à Marseille pour la saison 2010 durant laquelle il va confirmer tout son potentiel.

Avant cela, il avait pris part à sa première Coupe du monde en Afrique du Sud, au côté de son demi-frère Abdul Rahim, le fils aîné d'Abedi Pelé.

Titulaire en 8e de finale lors de la victoire contre les USA (2-1), André reçoit un 2e carton jaune qui le prive du quart de finale perdu (1-1, 4-2 aux tab) contre l'Uruguay.

Après trois belles saisons à l'OM, André attend beaucoup du Mondial brésilien et ne devrait pas rester insensible aux propositions de clubs étrangers. Son but lors du 1er match contre les USA, n'a pas empêché les Ghanéens de s'incliner (2-1) mais a confirmé qu'il représentait l'avenir de la sélection.

"J'ai déjà près de 50 sélections, je commence à avoir ma petite place. Les anciens me font comprendre qu'ils vont partir et que je suis un relais", a-t-il expliqué récemment dans le journal l'Equipe.

- "Pas de passe-droits" avec Jordan -

Prêté cette saison à Sochaux, son frère cadet Jordan, grâce à des matches de préparation réussi, s'est fait une place chez les Black Stars et était lui aussi titulaire, même si sans réussite, il a été remplacé à l'heure de jeu.

"Je ne pousserai pas pour Jordan s'il ne mérite pas d'être dans l'équipe. Je l'aime plus que tout, mais il n'y a pas de passe-droits. Je lui parle, mais il me parle aussi beaucoup, il voit les choses que je n'anticipe pas", a ajouté André.

Lié depuis longtemps à Étienne Mendy qui le conseille, l'aîné des Ayew a récemment changé d'agent pour se tourner vers la société Comsport, ce qui pourrait présager un rapide départ de l'OM, d'autant que le club a besoin de liquidités et voit dans André l'un des joueurs à la plus forte valeur marchande.

Avant cela, le milieu de terrain, auteur cette saison de 8 buts en 29 matches de L1, aimerait bien étoffer son bilan international de 5 buts.

Le prochain rendez-vous qui lui est offert est l'Allemagne, un adversaire qui arrivera fort de son large succès initial (4-0) contre le Portugal et qui était déjà présent dans la poule du Ghana en Afrique du Sud et l'avait emporté 1 à 0.

La mission semble ardue pour les Africains et André aura probablement du mal à renouveler l'exploit réalisé par une autre fratrie, les Néerlandais Willy et René van de Kerkhof, doubles finalistes du Mondial, en 1974 et 1978.

ebe/dhe

PLUS:hp