NOUVELLES

Le pétrole en hausse en Asie après l'attaque d'une raffinerie en Irak

19/06/2014 12:13 EDT | Actualisé 18/08/2014 05:12 EDT

Les cours du pétrole s'affichaient en hausse jeudi matin en Asie après l'attaque d'une raffinerie par des jihadistes irakiens qui contrebalançait le recul des stocks de brut aux Etats-Unis.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en juillet prenait 35 cents, à 106,32 dollars, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août s'adjugeait neuf cents, à 114,35 dollars.

Le WTI a gagné plus de 2 dollars depuis le lancement de l'offensive jihadiste en Irak la semaine dernière et le Brent, plus sensible aux événements géopolitiques, a pris 4 dollars.

"L'escalade de la crise en Irak fait fortement monter les prix du brut. Conjuguée à l'assèchement des approvisionnements en pétrole libyen, toute escalade dans les crises de la région (moyen-orientale) est susceptible de renforcer cette tendance", estimait Sanjeev Gupta chez EY.

Les combattants de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) ont pris d'assaut mercredi la principale raffinerie irakienne, à Baïji, à 200 km au nord de Bagdad, au 9e jour d'une offensive leur ayant permis de conquérir plusieurs régions.

Plusieurs réservoirs de produits raffinés ont pris feu durant les combats dans la raffinerie, qui a été fermée, et des employés ont été évacués mardi.

Les Etats-Unis ont toutefois assuré que l'attaque par des jihadistes irakiens d'une raffinerie de pétrole n'avait que peu d'effets sur les exportations de brut de Bagdad.

Côté demande, le département américain de l'Energie a fait part mercredi d'un recul moins prononcé qu'attendu des stocks hebdomadaires de brut au 13 juin, de 600.000 barils, alors que le marché tablait sur une diminution de 1,1 million de barils.

Ces données peu rassurantes sur la consommation et l'économie aux Etats-Unis ont fait reculer les cours du pétrole coté à New York alors qu'ils avaient ouvert en hausse mercredi.

Le WTI avait alors clôturé en baisse de 39 cents, à 105,97 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). A Londres, le Brent avait terminé en nette hausse, de 81 cents, à 114,26 dollars, son plus haut niveau en clôture depuis le 6 septembre 2013, sous l'effet de la crise irakienne.

bjp/gab/fmp/mf

PLUS:hp