NOUVELLES

HRW dénonce des abus dans les zones kurdes du nord de la Syrie

19/06/2014 08:43 EDT | Actualisé 19/08/2014 05:12 EDT

Human Rights Watch (HRW) a dénoncé jeudi des abus dans des régions majoritairement kurdes de Syrie, accusant le parti kurde de l'Union démocratique (PYD) d'arrestations arbitraires et lui reprochant le fait que des meurtres d'opposants politiques n'avaient toujours pas été élucidés.

Selon cette organisation de défense des droits de l'Homme, le PYD a également enrôlé des enfants dans la police et dans sa branche armée, les "Unités de protection du peuple" (YPG).

Des détenus ont été "battus pendant leur garde à vue" aux mains des autorités kurdes, qui contrôlent trois enclaves en Syrie depuis le retrait des troupes de Damas en 2012, selon HRW.

Le pardi de l'Union démocratique, une ramification du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), a également procédé à l'arrestation d'opposants politiques, dont certains ont été "reconnus coupables au cours de procès apparemment iniques", a ajouté HRW.

"Au moins neuf opposants politiques du PYD ont été tués ou ont disparu au cours des deux dernières années et demie dans des zones contrôlées partiellement ou totalement par le parti", a déclaré HRW.

"Le PYD a nié toute responsabilité dans ces incidents, mais n'est apparemment pas parvenu à conduire de vraies enquêtes", a ajouté l'organisation, qui préconise la formation d'une commission indépendante pour examiner le cas des prisonniers politiques présumés.

En 2013, la police kurde et la branche armée du PYD avaient promis de cesser de recruter des enfants, mais "le problème persiste au sein des deux forces", selon le communiqué de HRW, qui accompagne un nouveau rapport sur la situation des droits de l'Homme dans les zones kurdes.

Le YPG a depuis promis de "démobiliser tous les combattants de moins de 18 ans dans un délai d'un mois", ajoute le document.

Selon le directeur adjoint de HRW pour le Moyen Orient et l'Afrique du Nord Nadim Houry, les dirigeants kurdes "dans le nord de la Syrie peuvent faire bien davantage pour protéger les droits de l'Homme de toutes les personnes se trouvant dans les zones sous (leur) contrôle - Kurdes, Arabes, Syriaques, et autres"

Dans un conflit où l'opposition est de plus en plus atomisée, les Kurdes défendent avant tout leur région, d'où l'armée syrienne s'est retirée et où ils souhaitent instaurer une zone autonome à l'instar des Kurdes d'Irak.

ser/emb/feb

PLUS:hp