POLITIQUE

Évasion d'Orsainville: la ministre Thériault refuse de rendre son agenda public

19/06/2014 11:26 EDT | Actualisé 19/06/2014 11:26 EDT
Radio-Canada.ca

QUÉBEC - La ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, refuse de rendre public son agenda pour les journées qui ont suivi la triple évasion de la prison d'Orsainville.

Le Parti québécois s'est heurté à un refus après avoir déposé une demande d'accès à l'information en ce sens. L'opposition officielle désirait obtenir l'agenda complet de la ministre depuis son entrée en fonctions.

Le PQ souhaitait connaître les activités de la ministre depuis l'évasion par hélicoptère du centre de détention de Québec, notamment le lendemain de l'événement. Ce jour-là, Lise Thériault n'a fait aucune sortie publique, se contentant d'un bref communiqué.

«Ça a d'autant plus d'importance maintenant, avec la séquence des événements depuis l'évasion, dit le porte-parole du PQ en matière de sécurité publique, Pascal Bérubé. L'agenda est intéressant pour savoir qu'est-ce qu'elle a priorisé à partir des événements.» Pascal Bérubé aimerait notamment savoir qui la ministre a rencontré dans les heures et les jours qui ont suivi l'évasion.

La ministre est depuis empêtrée dans un cafouillage entourant la gestion du dossier. Elle a dû corriger plusieurs informations qu'elle avait fournies aux journalistes, notamment sur l'abaissement de la cote de sécurité des prévenus.

Lise Thériault s'était pourtant engagée à rendre public son agenda ministériel lors de son passage à l'émission Tout le monde en parle le 4 mai dernier. La ministre promettait alors de dévoiler le nom des personnes qu'elle rencontre dans le cadre de ses fonctions.

Vers la neuvième minute, la ministre annonce qu'elle rendra son agenda public.

Pascal Bérubé, y voit un «engagement rompu» de la part de la ministre. «Pourquoi, maintenant, elle ne veut plus rendre public son agenda?, demande-t-il. Qu'est-ce qu'elle a à cacher?»

La ministre a-t-elle pu entreprendre des démarches sans qu'elles soient inscrites à l'agenda? «Oui, mais on n’a même pas l'agenda», dit Pascal Bérubé.

L'attaché-presse de Lise Thériault, Jean-Philippe Guay, confirme que le bureau de la ministre a été avisé de la demande. La réponse de refus est venue du bureau du sous-ministre. Jean-Philippe Guay explique que le gouvernement est à mettre en place sa politique de transparence annoncée par Philippe Couillard. «La ministre, évidemment, comme tous les membres du cabinet ministériel, va s'y conformer», dit-il. Impossible, toutefois, de savoir si la publication éventuelle de l'agenda sera rétroactive.

«Manque de jugement»

Pascal Bérubé reproche à la ministre de ne pas avoir tenu de point de presse avant le lundi avant-midi, en marge d'une pelletée de terre à l'École nationale de police de Nicolet, alors que les événements sont survenus en soirée samedi. «Soit le soir même, soit le dimanche, soit le lundi très tôt, elle aurait pu tenir un point de presse pour rassurer la population», dit-il.

«Il y a un manque de jugement quant aux priorités», ajoute le député de Matane-Matapédia.

Le dimanche, la ministre participait à des activités personnelles, affirme son attaché-presse, Jean-Philippe Guay. «Sauf que Mme Thériault était au bout de son cellulaire, elle était disponible pour commenter, discuter de tout ce qui se faisait en lien avec les événements, dit-il. Donc, elle a été, de minute en minute, informée des développements et en mesure d'y répondre.»

Pascal Bérubé promet de dévoiler jeudi soir, lors de l'étude des crédits du ministère de la Sécurité publique, «un certain nombre d'éléments nouveaux» au sujet de la «gestion générale» du ministère par Lise Thériault.

INOLTRE SU HUFFPOST

Des prisons devenues hôtels de luxe