NOUVELLES

Chine: des militants anticorruption condamnés à plus de six ans d'emprisonnement

19/06/2014 12:21 EDT | Actualisé 18/08/2014 05:12 EDT

Deux militants anticorruption ont été condamnés jeudi à six ans et demi d'emprisonnement, tandis qu'un troisième écopait d'une peine de trois ans, a indiqué un de leurs avocats, alors que Pékin durcit sa répression à l'encontre des voix critiques du régime.

Un tribunal de la province du Jiangxi (centre) a infligé des peines de six ans et demi de prison à deux activistes nommés Liu Ping et Wei Zhongping, et de trois ans d'incarcération pour un troisième, Li Sihua, a déclaré à l'AFP l'avocat de ce dernier, Zhou Ze.

Les trois militants avaient pris l'an dernier des photos d'eux-mêmes où on les voyait brandir des bannières appelant les dirigeants politiques à rendre public leur patrimoine pour mieux lutter contre la corruption.

Liu et Wei ont été reconnus coupables de "perturber l'ordre public", en recourant "à un fanatisme diabolique pour saboter l'application des lois", ainsi que d'"attiser des querelles et de provoquer des troubles" --ce dont Li a également été accusé.

"A quoi cela servirait-il de faire appel? Le verdict de la cour d'appel est déjà décidé par avance", s'est désolé M. Zhou, l'avocat.

La dure répression s'abattant sur ces militants contraste crûment avec la campagne anticorruption lancée en fanfare il y a un an par le président chinois Xi Jinping.

Celui-ci avait promis de sévir contre les pots-de-vins endémiques, et de s'en prendre aux cadres corrompus à tous les niveaux de l'appareil du Parti communiste. Mais cette campagne, bien que hautement médiatisée, n'a été appliquée que de façon très sélective selon les experts.

Eminent militant anticorruption, l'universitaire Xu Zhiyong avait de son côté été condamné fin janvier à 4 ans de détention, une sentence confirmée en avril en appel.

Le Mouvement des nouveaux citoyens, qu'il avait fondé --un réseau informel de militants ayant organisé des rassemblements sporadiques en 2013 autour de sujets liés à la société civile-- avait suscité l'ire des autorités.

Xu et une dizaine de militants de ce mouvement ont été arrêtés et condamnés par la justice chinoise depuis le début de l'année.

cdh-jug/seb/ob

PLUS:hp