NOUVELLES

Wall Street reste sur ses gardes avant la décision de la Fed

18/06/2014 10:09 EDT | Actualisé 18/08/2014 05:12 EDT

Wall Street a ouvert proche de l'équilibre mercredi, restant sur ses gardes avant une décision de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed) et surveillant la crise irakienne: le Dow Jones cédait 0,05% et le Nasdaq 0,06%.

Vers 13H45 GMT, le Dow Jones Industrial Average lâchait 7,99 points, à 16.800,50 points, et le Nasdaq 2,53 points, à 4.347,71 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 avançait de 0,10% ou 1,90 point, à 1.943,89 points.

La Bourse de New York avait fini dans le vert mardi, se voulant optimiste à la veille de la décision de la Fed et en dépit d'indicateurs sans éclat et du chaos en Irak: le Dow Jones avait gagné 0,16%, à 16.808,49 points, et le Nasdaq 0,37%, à 4.337,23 points.

"Les indices oscillent autour de l'équilibre dans un marché qui attend la décision de la Fed, alors que les violences au Moyen-Orient étouffent toute conviction dans les échanges", ont relevé les experts de la maison de courtage Charles Schwab.

Le Comité de politique monétaire de la banque centrale (FOMC), qui se réunit depuis mardi, devait publier son communiqué vers 18H00 GMT en deuxième partie de séance, après quoi la présidente de l'institution, Janet Yellen, s'exprimera au cours d'une conférence de presse.

La Fed devrait, sans surprise, continuer à réduire lentement son soutien monétaire à l'économie, mais les marchés sont à l'affût d'indications sur le calendrier d'un éventuel relèvement de ses taux d'intérêt directeurs et la fermeté de la reprise économique.

Le marché regardait aussi du côté de l'Irak où les combats faisaient rage entre les insurgés islamistes, qui ont pris en dix jours de larges régions du pays et visent Bagdad, la capitale du pays, et les troupes gouvernementales.

Principale crainte mercredi matin, la principale raffinerie du pays située à Baïji, à 200 km au nord de la Bagdad, était au centre des violences après un assaut des jihadistes, ce qui contribuait à faire monter les prix du pétrole à des niveaux proches de sommets depuis neuf mois.

Les investisseurs s'inquiétaient qu'une flambée des cours de l'or noir mettent un coup de frein brutal à une reprise économique mondiale encore vacillante.

Le marché obligataire progressait. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans reculait à 2,631% contre 2,655% mardi soir et celui à 30 ans à 3,434% contre 3,446% la veille.

ppa/sl/gde

PLUS:hp