NOUVELLES

L'Iran fera tout pour protéger les lieux saints chiites en Irak (Rohani)

18/06/2014 10:54 EDT | Actualisé 18/08/2014 05:12 EDT

Le président iranien Hassan Rohani a prévenu mercredi que l'Iran "fera tout" pour protéger les lieux saints de l'islam chiite en Irak face à la menace des jihadistes sunnites de l'Etat islamique d'Irak et au Levant (EIIL).

"A propos des lieux saints des imams chiites (en Irak), nous prévenons les grandes puissances, leurs laquais, les tueurs et les terroristes, que le grand peuple iranien fera tout pour les protéger", a déclaré M. Rohani lors d'un discours à Khoram-Abad (proche de la frontière irakienne) diffusé en direct par la télévision.

Il a cité les quatre villes irakiennes qui abritent les mausolées des imams chiites: Kerbala, Najaf, Kazimiyah et Samarra où des centaines de milliers d'Iraniens se rendent chaque année en pèlerinage.

L'Iran est majoritairement chiite (plus de 90% des 77 millions d'habitants) tout comme l'Irak.

L'EIIL est constitué de combattants sunnites extrémistes qui considèrent les chiites comme des apostats. Ces jihadistes ont lancé une offensive le 9 juin et pris le contrôle de plusieurs villes irakiennes.

L'Iran a dit son soutien au gouvernement du Premier ministre chiite Nouri Al-Maliki se déclarant prêt à apporter son aide en cas de demande officielle irakienne.

Selon M. Rohani, de nombreux volontaires iraniens se sont déclarés prêts à se rendre en Irak "pour protéger les lieux saints et anéantir les terroristes".

"Grâce à Dieu, il y a suffisamment de volontaires chiites, sunnites et kurdes en Irak (pour) combattre les terroristes" en Irak, a-t-il ajouté.

Le chef d'état-major des forces armées iraniennes, le général Hassan Firouzabadi, a également écarté une intervention directe de l'Iran en Irak. "Il n'y a pas besoin de forces militaires iraniennes en Irak", a-t-il dit, cité par l'agence officielle Irna, expliquant que "le peuple irakien peut régler ses problèmes lui-même".

Le général a également écarté toute coopération entre l'Iran et les Etats-Unis, évoquée par le secrétaire d'Etat américain John Kerry. "Il n'y aura jamais de coopération (...), cela n'a aucun sens", a-t-il affirmé, alors que les deux pays n'ont plus de relations diplomatiques depuis 34 ans.

L'ancien chef des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du régime, Mohsen Rezaie, a également réfuté toute collaboration américano-iranienne contre les jihadistes.

L'EIIL "est un plan préparé par les Etats-Unis, Israël et des pays de la région, l'Iran n'est pas prêt à se retrouver aux côtés des Etats-Unis", a-t-il déclaré, cité par l'agence Mehr.

sgh/cyj/feb

PLUS:hp