NOUVELLES

Kiev veut une "stratégie commune" avec l'UE sur le gaz d'ici à juillet

18/06/2014 12:18 EDT | Actualisé 18/08/2014 05:12 EDT

L'Ukraine, privée depuis lundi de gaz russe, veut définir "une stratégie commune" avec l'Union européenne sur le gaz en juillet, a annoncé mercredi à l'AFP le patron du groupe public ukrainien Naftogaz, en marge d'une réunion largement tenue secrète à Budapest.

"L'Ukraine veut voir une stratégie commune (...), il nous faut une stratégie commune avec l'UE sur la façon de régler cette crise", a déclaré Andriï Kobolev dans un entretien.

"Il est grand temps d'unir les efforts de différents pays pour régler la question du prix du gaz de façon transparente", a-t-il ajouté, précisant son "espoir que des résultats puissent être obtenus vers juillet", et en tout état de cause "avant que l'hiver n'arrive".

M. Kobolev avait annoncé lundi être en contact avec des compagnies européennes prêtes à fournir du gaz à l'Ukraine après la décision du groupe russe Gazprom de cesser toute nouvelle livraison.

Naftogaz, qui est client des groupes allemand RWE et français Gaz de France, cherche à accroître le flux des livraisons "inversées" de gaz, c'est-à-dire en provenance d'Europe.

Ces livraisons à l'Ukraine, très mal acceptées par Moscou, sont appelées ainsi parce que les flux de gaz sont inversés par rapport à la normale. En général, le gaz russe, qui représente une grosse partie de l'approvisionnement de l'Europe, transite par l'Ukraine d'est en ouest.

"Je préfère les appeler "livraisons de gaz par l'Europe", a insisté auprès de l'AFP le patron de Naftogaz. Il a cité des livraisons en provenance de Pologne - "à pleine capacité" - et de Hongrie, mais aussi son espoir d'augmenter les flux en provenance de Slovaquie.

Le diplomate américain Carlos Pascual, émissaire de Washington pour les questions internationales d'énergie, et qui a également participé à la réunion à Budapest, a souligné au cours d'une conférence de presse qu'il s'agissait de "volumes relativement petits".

Le ministre ukrainien de l'Énergie Iouri Prodan était à Budapest avec le patron de Naftogaz.

La réunion, organiséee à l'initiative de la Hongrie, était entourée du plus grand secret possible. Elle n'a pas été annoncée, ni même confirmée par le gouvernement hongrois. L'agence de presse nationale MTI ne l'a mentionnée, sans détails, qu'après la fin des rencontres.

"Je ne peux pas révéler qui sont les gens que j'ai rencontrés, ils représentent les gouvernements des principaux pays européens, des pays d'Europe centrale", a dit à l'AFP M. Kobolev, mentionnant également "des membres de la Commission européenne".

pmu-cs/bds

PLUS:hp