NOUVELLES

Brésil: décès du dernier des "cangaceiro", ces bandits-héros du nord-est

18/06/2014 02:22 EDT | Actualisé 18/08/2014 05:12 EDT

Le dernier "cangaceiro", ces bandits nomades qui semaient la terreur dans le Sertao, le Nordeste aride du Brésil, dans les années 1920 et 30, s'est éteint à l'âge de 97 ans.

Selon ses proches, José Alves de Matos, est mort de complications respiratoires dimanche à Maceio, la capitale de l'Etat d'Alagoas (nord-est) et a été inhumé lundi.

Il était connu comme "25", surnom qu'il avait reçu pour être entré le 25 décembre 1933 dans la bande de "Lampiao", le plus célèbre de tous les "cangaceiros" qui a sévi dans le nord-est de 1922 à 1938.

Considérés comme des bandits cruels par certains, comme des Robin des Bois par d'autres, les cangaceiros ont surgi à la fin XIXe siècle au début du XXe siècle, en périodes de sécheresse, comme forme de révolte paysanne contre la toute puissance des gros propriétaires terriens de la région (les "coronels").

Beaucoup d'hommes et de femmes ont décidé de devenir des bandits nomades (les cangaceiros), errant dans les grandes étendues de l'arrière-pays, cherchant de l'argent, de la nourriture, dans un esprit de vengeance. Célèbres pour leurs costumes de cuir ornés de pièces de métal cousues, ils avaient le soutien de nombreux paysans pauvres.

"25" a participé à d'innombrables combats contre les forces de l'ordre au côté de Lampiao et il racontait qu'à chaque bataille, il pensait que cela pourrait être son dernier jour, selon le quotidien Folha de Sao Paulo mercredi.

Il était devenu l'homme de confiance de Lampiao, qui l'avait choisi pour assurer la sécurité de sa compagne "Maria Bonita" ("Maria la jolie").

Si "25" n'est pas mort avec Lampiao et dix membres de la bande (dont Maria Bonita) dans une embuscade armée par la police le 28 juillet 1938, c'est parce qu'il avait reçu l'ordre de se procurer, avec un autre, armes et munitions dont les cangaceiros manquaient.

A l'époque la police avait exposé sur la place publique les têtes décapitées des dix cangaceiros.

Après avoir pris un temps la fuite, "25" et son compagnon se sont livrés à la police et ont été écroués. En prison il a appris à lire et écrire puis est devenu... garde municipal. Il y a encore 15 ans il cachait son passé de cangaceiro, selon ses proches.

La bande de cangaceiros de Lampiao, qui voyagea pendant près de 19 ans, ne compta jamais plus de 50 hommes armés et à cheval.

Vivant dans les terres désertiques du Nordeste, ils devaient se protéger des buissons d'épineux secs avec leur costume en cuir, ornés de toutes sortes de rubans colorés et de morceaux de métal.

cdo/ag/cgu

PLUS:hp