NOUVELLES
17/06/2014 07:05 EDT | Actualisé 17/08/2014 05:12 EDT

L'armée irakienne "durcit" sa résistance aux jihadistes, estime le Pentagone

L'armée irakienne, mise en déroute la semaine dernière par des insurgés sunnites dans le nord du pays, est en train de "durcir" sa résistance et se prépare à défendre Bagdad, a affirmé le Pentagone mardi.

"Nous avons des raisons de croire que les forces armées irakiennes durcissent leur résistance et leur dispositif de sécurité. Elles se regroupent, notamment à Bagdad et dans ses environs, et c'est encourageant", a déclaré le contre-amiral John Kirby, porte-parole du ministère américain de la Défense à des journalistes.

L'afflux de citoyens volontaires pour prêter main forte à l'armée est également le signe que les troupes "ont la volonté de défendre la capitale", a-t-il encore estimé.

L'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) a défait sans peine la semaine dernière les troupes régulières à Mossoul (nord) et pris le contrôle d'une grande partie de la province de Ninive, dont Mossoul est le chef-lieu, de Tikrit, et d'autres secteurs des provinces de Salaheddine, Diyala et Kirkouk.

Depuis, les insurgés sunnites avancent vers le sud, mais les forces irakiennes semblent commencer à relever la tête, reprenant ce week-end deux villes près de la capitale.

En réaction à l'humiliante débandade des soldats, le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki a limogé mardi plusieurs hauts commandants de l'armée, dont le chef de la troisième brigade d'infanterie, qui sera traduit devant un tribunal militaire pour désertion.

Cet épisode a provoqué de nombreux grincements de dents aux Etats-Unis, qui ont dépensé plusieurs millions de dollars pour former et équiper l'armée irakienne après l'avoir dissoute dans les premières semaines de l'occupation en 2003.

ddl/gde/bdx

PLUS:hp