NOUVELLES

Colombie: l'ELN "préoccupée" après l'officialisation du processus de paix

17/06/2014 08:54 EDT | Actualisé 17/08/2014 05:12 EDT

La guérilla de l'ELN a exprimé sa "préoccupation" après l'officialisation d'un processus de paix en Colombie, reprochant au gouvernement d'avoir modifié la déclaration commune annonçant des négociations.

La semaine dernière, la présidence avait publié un communiqué signé à la fois par les autorités et l'Armée de libération nationale (ELN) pour révéler l'existence de pourparlers, dans le sillage des discussions ouvertes en novembre 2012 avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc).

Dans un message publié sur son site internet et daté de lundi, l'ELN affirme que le "gouvernement a modifié" un passage de cette déclaration commune, sans préciser quelle était la version originale.

"Si le gouvernement modifie unilatéralement un accord simple (...), que peut-on espérer de ce qui manque à ce processus de dialogue et de négociation ? Ce n'est pas une façon de construire la confiance", ajoute le mouvement rebelle, sans toutefois remettre en question le lancement de discussions.

Fondées dans les années 60, les Farc et l'ELN sont les dernières rébellions d'extrême gauche en activité en Colombie, avec respectivement 8.000 et 2.500 combattants selon le gouvernement.

M. Santos, qui a été réélu dimanche à la tête du pays, avait dévoilé quelques jours seulement avant le second tour de la présidentielle ces contacts secrets avec l'ELN qui avaient débuté l'an dernier.

La guérilla a précisé dans son message s'être pour sa part toujours "opposée au secret" et au caractère "informel" de ce rapprochement en vue de négociations, dont l'agenda et le lieu doit encore être fixé.

"L'heure est venue que la paix soit un engagement et une politique d'Etat et cesse d'être soumise au va-et-vient des gouvernements", conclut l'ELN.

pcp/pz/jr

PLUS:hp