NOUVELLES

Le gouvernement chilien rejette un projet géant de barrages en Patagonie

10/06/2014 03:30 EDT | Actualisé 10/08/2014 05:12 EDT

Le gouvernement de Michelle Bachelet a rejeté mardi le projet géant controversé d'Hidroaysen, cinq barrages hydroélectriques en Patagonie chilienne (sud), porté par le consortium hispano-chilien, Endesa-Colbun, en raison de son impact sur l'environnement, selon des sources officielles.

"Le projet hydroélectrique Hidroaysen a été rejeté", a déclaré le ministre de l'Environnement Pablo Badenier.

"Le comité ministériel a décidé d'accepter les réclamations présentées par la communauté et de laisser sans effet la résolution de qualification environnementale du projet", a ajouté le ministre.

Le projet, en gestation depuis sept ans, est fortement contesté par les organisations environnementales qui craignent qu'il ne défigure l'un des derniers paysages vierges de la planète, une région de forêts, de lacs et de glaciers attirant des touristes du monde entier.

Les ministres de l'Energie, des Mines, de la Santé, de l'Agriculture, de l'Environnement et de l'Economie ont voté à l'unanimité contre le projet, qu'ils jugent inapproprié en raison de son impact négatif potentiel sur l'environnement.

Hidroaysen "souffre de graves lacunes dans sa mise en oeuvre en ne traitant pas avec le soin nécessaire et en ne prenant pas en compte" les préoccupations des habitants de la région, a déclaré le ministre de l'Energie Máximo Pacheco.

Des centaines de manifestants sont descendus dans la rue à Santiago et dans la région de Aysen (1.300 km au sud de la capitale) pour célébrer la décision.

Le consortium dispose maintenant de 30 jours pour faire appel de la décision du gouvernement devant le tribunal de Valdivia (sud du Chili), et, en dernière instance, devant la Cour suprême.

Hidroaysen est formé par la compagnie chilienne Colbun (49% du capital) et l'espagnole Endesa (51%) - contrôlée par l'italienne Enel - et vise à produire 2.750 mégawatts et augmenter de 20% la capacité électrique du pays, qui connaît des problèmes récurrents d'approvisionnement énergétique.

Le projet comprend également la construction d'un câble à haute tension de quelque 2.000 kilomètres de long pour transporter l'énergie vers le centre et le nord du pays, où vit la plus grande partie de la population et où se trouvent les principales exploitations minières, qui concentrent les plus importants besoins en énergie.

Le manque d'investissement dans la production d'électricité ces dernières années et la faible compétitivité du secteur ont réduit l'offre et doublé le prix de l'électricité, l'un des plus élevé d'Amérique latine.

La présidente socialiste Michelle Bachelet a annoncé récemment un investissement public de 250 millions de dollars au cours des prochaines quatre années pour pallier le déficit énergétique du pays en pariant notamment sur les énergies renouvelables et le gaz naturel et visant à réduire de 20% la consommation d'électricité d'ici 2025.

rto/ms/hdz/mr

PLUS:hp