NOUVELLES

France: Valls dénonce à Oradour les "idéologies de mort" qui "rôdent"

10/06/2014 12:14 EDT | Actualisé 10/08/2014 05:12 EDT

Le Premier ministre Manuel Valls a commémoré mardi le 70e anniversaire du massacre d'Oradour-sur-Glane (sud-ouest), le pire commis par les Allemands en France pendant la Seconde guerre mondiale, dénonçant "les idéologies de mort", en allusion au jihadisme et à l'extrême droite.

"Oradour, c'est aussi une mise en garde. Pour combattre et ne jamais laisser prospérer les idéologies de mort. Nous le savons bien, nous le voyons trop: elles n'ont pas disparu. Elles sont là. Elles rôdent. Elles embrigadent", a déclaré M. Valls devant quelques centaines de personnes venues se recueillir sur les ruines d'Oradour où 642 personnes ont été tuées le 10 juin 1944.

Le Premier ministre s'en est également pris "aux petits agitateurs vénéneux de la mémoire", "aux nostalgiques de la collaboration" avec leurs "mots perfides", sur fond de percée de l'extrême droite en Europe et de polémique sur une phrase du président d'honneur du Front national Jean-Marie Le Pen à propos d'une "fournée" visant plusieurs artistes dont le chanteur Patrick Bruel, d'origine juive.

Peu avant, au cours de sa visite de l'ancien village jamais repeuplé --un nouveau a été construit un peu plus loin-- avec ses ruines comme seules mémoires, il s'était recueilli dans l'église incendiée, où plus de 450 femmes et enfants furent brûlés vifs par les soldats allemands.

Séparés en groupes, les hommes avaient, eux, été abattus dans des granges, avant que le village ne soit entièrement incendié.

Après le succès diplomatique des commémorations du "D-Day" sur les plages normandes, le gouvernement français a devant lui une série d'échéances difficiles: économies budgétaires, réforme de la carte des régions ou encore réforme pénale qui créent de sérieux remous dans la majorité.

Cette parenthèse consensuelle qui "rassemble le pays", selon les termes de Manuel Valls, ne suffira pas pour sortir François Hollande de son impopularité massive, selon des politologues interrogés par l'AFP.

Les commémorations de cette année 2014, double anniversaire des cent ans du début de la Première Guerre mondiale et des 70 ans de la Libération de la France, sont loin d'être terminées. A partir du 28 juin débutent, dans la capitale bosnienne Sarajevo, les commémorations du début de la Grande Guerre de 1914, avec plusieurs évènements prévus d'ici la fin de l'année en France.

Le 15 août, un hommage sera aussi rendu pour les 70 ans du débarquement allié en Provence, avec un accent mis sur le rôle joué par les troupes africaines de l'armée française.

map/rh/thm/plh

PLUS:hp