BIEN-ÊTRE

Le Tortillard Gourmand : une virée pour goûter les saveurs de Lanaudière

09/06/2014 10:53 EDT | Actualisé 09/06/2014 12:27 EDT
Manouchka Lorgis

En une journée, partir à la découverte de quelques-uns des meilleurs produits du terroir de la grande région de Lanaudière et échanger avec leurs artisans et producteurs : voilà ce que propose Le Tortillard gourmand, un concept de virées de dégustations à la ferme qui sera officiellement lancé dans quelques jours.

Rien ne prédestinait Marie-José Le Blanc et Manon Fortier, les instigatrices du projet, à s’investir dans l’industrie du tourisme agroalimentaire. La première travaillait en graphisme, et la seconde, en communications. Les deux femmes se sont rencontrées dans un réseau de femmes d’affaires et se sont trouvé une passion commune pour l’alimentation et l’éco-responsabilité. Ensemble, elles ont imaginé la formule du Tortillard gourmand, qui offre des départs à partir de Montréal, Longueuil et Joliette. Les participants prennent place dans un mini-van Mercedes très confortable de dix places et se laissent conduire jusque dans Lanaudière, où ils visiteront quatre fermes et un vignoble. On a le choix entre trois circuits : la Tortille foie gras, la Tortille gigot et la Tortille courge. Chacun des parcours s’articule autour de commerces très différents, mais complémentaires, ce qui fait qu’en fin de journée, on a bien mangé, bien bu, et que tous les palais sont comblés.

«On a sélectionné des endroits où on emploie des méthodes de fabrication artisanale, souligne Marie-José Le Blanc. Les producteurs nous reçoivent, nous expliquent leur façon de faire, nous emmènent voir leurs animaux et nous font goûter leurs produits. Ce sont des expériences culinaires et gustatives différentes.»

Portrait d’une visite

À quoi ressemble une journée-type avec Le Tortillard gourmand? Prenons comme exemple la Tortille foie gras. Le périple débute à la Maison du pain d’épices, un café-bistro à vocation sociale, qui appuie des organismes voués à la promotion de l’éducation des enfants, où on accueille les gens avec biscuits, muffins et café. On arrête ensuite à la Chèvrerie Barbe Bouc, où les propriétaires offrent une visite guidée de la grange où ils élèvent leurs chèvres et leurs boucs et font goûter la viande de chevreau, peu consommée au Québec. À mi-parcours, le Vignoble Saint-Gabriel et ses 29 000 plants de vignes permettent une pause pendant laquelle on déguste le vin à même le baril. Puis, chez Canards Maurel Coulombe, on démystifie le procédé menant à la création du foie gras, avec une démonstration de cuisine du foie gras poêlé, qu’on avale ensuite avec un verre de bulles (lisez plus loin pour en savoir plus sur Canards Maurel Coulombe). Enfin, chez Cuisine Poirier, on explore le verger, l’érablière, l’huilerie, et on assiste au processus de fabrication de la mayonnaise, des jus et de l’huile.

Au total, une douzaine d’entreprises sont liées au Tortillard gourmand. Éventuellement, on aimerait développer un quatrième circuit, pour les végétariens.

«On cherche des lieux qui se distinguent, non seulement dans leurs techniques de fabrication, mais aussi grâce à leurs sites, qui sont beaux, et à leur accueil chaleureux, précise Marie-José Le Blanc. Puisqu’on arrive en petits groupes, on a souvent accès à l’arrière-scène, à des endroits V.I.P.»

«C’est ludique, c’est bucolique, mais on veut aussi faire réaliser à quel point le travail d’artisan est important», ajoute la dame.

Les organisatrices ont pensé à tout, distribuant même des bouteilles d’eau à l’entrée et mettant à la disposition de leurs invités des glacières pour garder au frais leurs achats effectués pendant la tournée. Car, si elles affirment ne pas «pousser la vente» et ne percevoir aucun profit sur les emplettes conclues, les têtes dirigeantes du Tortillard gourmand souhaitent bien sûr stimuler l’industrie et favoriser le bouche-à-oreille.

«On est fières quand les gens achètent, mentionne Marie-José Le Blanc. Les gens qu’on visite ne vendent souvent qu’à la ferme, donc c’est un bon moment pour s’approvisionner. On valorise l’achat local.»

S’étendre ailleurs?

Si Le Tortillard gourmand se concentre pour l’instant sur la région de Lanaudière (un secteur «varié, diversifié et méconnu», aux dires de Marie-José Le Blanc), on n’exclut pas la possibilité d’étendre les activités à d’autres coins de la Belle Province, comme la Mauricie ou la Montérégie.

«Des petits producteurs, il y en a partout, relève Marie-José Le Blanc. On a déjà des antennes ailleurs. Pour l’instant, on est campés à Lanaudière, parce qu’il y a là-bas une belle richesse, mais on veut développer d’autres routes dans le futur. On veut prendre notre temps, parce qu’il faut mettre sur pied des circuits cohérents, une suite logique, où on peut manger toutes sortes de choses différentes et que tout le monde soit content.»

Les tours du Tortillard gourmand auront lieu le week-end, à partir du 15 juin, jusqu’à la mi-octobre. En juillet et en août, des départs seront donnés du mercredi au dimanche. Il en coûte 169$ par personne pour profiter du service et on peut se procurer des certificats-cadeaux. Tous les détails sont disponibles sur le site web du Tortillard gourmand (www.tortillardgourmand.com).

«Ça commence déjà à bouger pour les réservations, se réjouit Marie-José Le Blanc. Ceux qui l’ont essayé sont toujours revenus emballés. Souvent, on nous dit : “Je ne me serais jamais arrêté dans cette ferme mais, maintenant que je sais ce qu’il y a derrière, je vais revenir!”»

Canards Maurel-Coulombe : le respect avant tout

Aux Canards Maurel-Coulombe, on aime le canard et on travaille dans le respect de l’animal. Voilà pourquoi on favorise son bien-être, bien avant de penser aux retombées économiques.

Martin Coulombe et son épouse, Yvanne, ont fondé leur entreprise en 2006. Leur mot d’ordre? L’intégrité. Leurs méthodes s’éloignent des techniques parfois sauvages des établissements industriels, pour un résultat plus authentique, qui garantit à la fois le bon traitement du canard et la qualité du produit. Et leur vision consciencieuse rapporte : leurs foies gras, magrets, rillettes, terrines, aiguillettes, gésiers et autres créations uniques sont populaires à un point tel que même des végétariens s’invitent chez eux pour s’en procurer, et le réputé restaurant Toqué! ajoutera bientôt leurs foies gras à son menu.

Par exemple, les 1500 canards de Martin et Yvanne s’ébattent à l’extérieur et s’activent librement dans le gazon, plutôt que dans une grange. Le couple tient à préserver sa production «à petite échelle», comparativement aux gros joueurs de l’industrie, qui comptent quelques 200 000 têtes de volaille dans leur élevage.

«Malgré la pression, on n’augmente pas la production, parce qu’on veut garder une qualité, explique Martin Coulombe. Pour conserver une qualité exceptionnelle, il faut avoir de bas rendements, un peu comme dans le vin.»

Sans donner dans l’agriculture biologique, les Coulombe préconisent une agriculture dite «raisonnée». Ils utilisent des moulées entièrement naturelles, sans antibiotiques ou facteurs de croissance, et effectuent le gavage des canards de façon artisanale.

«Le canard est gavé avec du maïs entier et non pas une purée de maïs, détaille Martin Coulombe. Aussi, pendant le gavage, nos canards ne sont pas coincés individuellement dans une cage, comme 98% des endroits où on fait du foie gras, au Québec ou en France. Yvanne et moi, pendant 14 jours, matin et soir, on prend le canard et on lui donne la dose exacte de maïs qu’il est capable de prendre. Ça fait une grande différence. Les producteurs industriels donnent une dose prédéfinie sans tenir compte du poids du canard. Nous, notre taux de mortalité est de 0% ou de 0,5%, au lieu de 10% ou 15%. Ceci dit, c’est plus long et plus compliqué; ça prend quatre fois plus de temps faire un foie gras artisanal qu’un foie gras industriel.»

Les produits de Canards Maurel Coulombe ne sont en vente que directement à la ferme. Le week-end, les propriétaires ouvrent gratuitement leurs portes aux visiteurs et proposent un parcours d’interprétation, où on peut voir les canards de près et apprendre les rouages de toutes les opérations. Lorsqu’on se pointe avec le Tortillard gourmand, on a de surcroît droit à l’atelier de cuisine du foie gras poêlé. Pour en savoir plus sur Canards Maurel Coulombe, consultez le www.domainemaurelcoulombe.com.

INOLTRE SU HUFFPOST

Saveurs du Québec