NOUVELLES

L'armée reprend le contrôle de l'aéroport de Karachi, au moins 28 morts

08/06/2014 09:36 EDT | Actualisé 09/08/2014 05:12 EDT
ASIF HASSAN via Getty Images
Pakistani troops take position with an armored vehicle at he Karachi airport terminal after the militants' assault in Karachi on June 8, 2014. Heavily armed militants attacked Pakistan's busiest airport in the southern city of Karachi on June 8, killing at least six people as flights were suspended and the army was called in, officials said. AFP PHOTO/Asif HASSAN (Photo credit should read ASIF HASSAN/AFP/Getty Images)

Les autorités ont annoncé lundi la fin de l'attaque de l'aéroport international de Karachi, le plus important du Pakistan, après un assaut taliban de 12 heures qui a fait selon elles au moins 28 morts, dont dix assaillants.

Cet assaut sanglant, qui s'est achevé en fin de matinée par la mort des assaillants, confirme la fragilité de la situation sécuritaire dans le pays et ses défaillances en la matière, y compris sur ses sites les plus stratégiques, donc en principe les plus sécurisés.

L'attaque, l'une des plus téméraires menée contre la plus grande ville et capitale économique du Pakistan, paralyse depuis dimanche soir l'activité de l'aéroport international Jinnah.

Les vols devraient toutefois y reprendre vers 16H00 locales, a annoncé à l'AFP un porte-parole de l'Aviation civile, Abid Ali Khan.

L'assaut, revendiquée par le Mouvement des talibans du Pakistan (TTP), le principal groupe rebelle du pays, avait été lancé vers 23H00 locales dimanche soir.

Il s'est achevée douze heures plus tard, vers 11H00 (06H00 GMT), a annoncé le porte-parole des Rangers, la force paramilitaire dépêchée avec l'armée pour neutraliser les assaillants, des kamikazes cars ils n'avaient guère de chance de s'en sortir.

"L'attaque est finie, nous avons éliminé tous les assaillants de la zone", a déclaré sur place à la presse ce porte-parole, Sibtain Rizvi.

L'assaut a fait 28 morts, dont dix assaillants et de nombreux employés de l'aéroport, selon le premier bilan donné à l'AFP après la fin de l'attaque par des responsables sécuritaires et de l'hôpital qui a accueilli les dépouilles.

"Notre travail est terminé", a ajouté M. Rizvi, alors que les forces de sécurité montraient sur place à la presse des armes et des vivres trouvées selon eux sur les assaillants.

A l'aube, l'armée pakistanaise avait annoncé la fin des combats de manière prématurée, avant que de nouveaux tirs se fassent entendre vers 08H30 dans le périmètre de l'aéroport.

Le TTP mène depuis 2007 une sanglante guérilla contre le gouvernement d'Islamabad qu'il accuse d'être pro-occidental. Son porte-parole, Shahidullah Shahid, a déclaré en revendiquant l'attaque que celle-ci était destinée à "venger la mort de Hakimullah Mehsud", chef du TTP tué en novembre dernier par un tir de drone américain.

Le TTP avait mené ces dernières années plusieurs fois de longues attaques commando de ce style contre des cibles censées être très sécurisées, qui soulignent la fragilité du gouvernement. Karachi, incontrôlable monstre urbain de 18 millions d'habitants, est considéré comme l'un de leurs principaux refuges dans le pays.

En 2011, des islamistes y avaient attaqué une base navale, détruisant deux avions et tuant dix membres du personnel au cours d'un siège qui avait duré 17 heures.

En annonçant -- un peu vite -- la fin de l'attaque lundi à l'aube, le porte-parole de l'armée, le général Asim Bajwa, avait souligné qu'elle n'avait fait "aucun dégât aux avions", mais provoqué des incendies de certains bâtiments proches.

"Tous les actifs vitaux intacts", avait-il souligné, un satisfecit qui restait à confirmer après la fin de l'attaque.

- "C'est la panique à bord" -

L'assaut a eu lieu alors que des négociations entreprises par le gouvernement pakistanais avec le TTP sont dans l'impasse.

En revendiquant l'assaut, le porte-parole taliban Shahidullah Shahid a dénoncé ces offres de dialogue, un artifice qui n'est selon lui qu'un "outil de guerre" supplémentaire utilisé par les autorités pour neutraliser le TTP. Les attaques des talibans et de leurs alliés ont tué plus de 6 000 personnes dans le pays depuis 2007.

Selon des responsables locaux, les assaillants auraient pénétré dans l'enceinte de l'aéroport international par au moins deux côtés, et notamment en cisaillant une clôture grillagée de l'ancien terminal, qui n'est plus utilisé par les passagers mais abrite des bureaux, des ateliers et des hangars.

Un journaliste de l'AFP présent sur les lieux a indiqué avoir entendu trois "énormes" explosions, qui pourraient avoir été déclenchées par des kamikazes.

Un haut responsable des services de renseignements a confirmé sur place qu'un assaillant avait explosé quand il avait été touché par des tirs, suggérant qu'il portait une veste explosive.

Des colonnes de fumée flottaient au-dessus de l'aéroport, et des bris de verre et des chargeurs vides jonchaient le sol de l'endroit où ont eu lieu les premiers échanges de coups de feu.

"J'ai entendu des tirs nourris et puis j'ai vu des terroristes qui se battaient avec des forces de sécurité", a indiqué un témoin, Sarmad Hussain, qui travaille pour la compagnie aérienne nationale Pakistan International Airlines (PIA).

Syed Saim Rizvi, qui était à bord d'un avion sur le tarmac, a écrit sur son compte Twitter: "Enorme explosion!!!! Je n'ai aucune idée de ce qui se passe à l'intérieur -- encore une série de coups de feu -- c'est la panique à bord!".

"Tous les passagers des avions ont été évacués", avait précisé dans la nuit le porte-parole militaire Asim Bajwa.

Dimanche soir également, au moins 23 personnes avaient été tuées dans le sud-ouest du pays dans une nouvelle attaque visant des membres de la minorité chiite, selon les autorités locales.

INOLTRE SU HUFFPOST

Pakistan : attaque contre l'aéroport de Karachi