DIVERTISSEMENT

«La petite reine»: il y a maintenant trois Geneviève Jeanson

09/06/2014 06:06 EDT | Actualisé 09/06/2014 06:06 EDT

C'est aujourd'hui lundi 9 juin qu'a lieu la première du film La petite reine, inspiré de l'histoire de l'ex-cycliste québécoise Geneviève Jeanson, éclaboussée par des scandales de dopage sportif. Elle a accordé une entrevue exclusive à Alain Gravel.

Un reportage de Alain Gravel

Il y a maintenant trois Geneviève Jeanson. Celle arrogante du temps de sa carrière. Celle du film La petite reine, manipulée, triste et malheureuse. Et aujourd'hui, celle qui est contente d'avoir fait ses aveux à Enquête en 2007. Tous se souviendront de cette phrase : « Je n'ai jamais touché à de l'EPO de ma vie. »

« Je me suis rendu compte que ça m'a permis de repartir ma vie. J'avais besoin de dire ça, que j'avais pris de la drogue. C'était un mensonge pour moi qui pesait beaucoup. » — Geneviève Jeanson

Geneviève Jeanson est revenue au Québec il y a deux ans après un long exil dans le sud des États-Unis. Elle est retournée vivre chez ses parents pour reprendre ses études au collège Sainte-Anne de Lachine. La fin de semaine, elle travaille comme aide-cuisinière dans un CHSLD de Montréal.

« Je ne trouve pas que c'est tomber de haut parce que ma vie est différente maintenant. Je ne peux pas comparer ce que je fais maintenant à ce que je faisais avant », dit-elle.

Ce qu'elle fait maintenant, c'est de consacrer ses énergies à sa rentrée à l'Université Concordia à l'automne dans le programme de psychologie spécialisée en neurosciences. Elle reconnaît que repartir à zéro n'a pas été facile, surtout avec son lourd passé.

« Je n'étais pas honteuse. Une petite crainte, absolument. Une crainte de ne pas être acceptée, mais je pense que c'est très normal, sauf que je voulais revenir pareil. Je me sentais prête à faire face à ça. »

Geneviève Jeanson dit avoir fait la paix avec sa famille, elle qui s'est dopée la première fois à 16 ans, en leur présence. Elle affirme aussi que l'épisode de violence et de manipulation de son ancien entraîneur André Aubut est de l'histoire ancienne.

« La page est tournée parce que je me suis rendu compte que dans mon cœur, la haine, ça prenait trop de place. Et un moment donné, j'ai décidé de pardonner. » — Geneviève Jeanson

Elle affirme ne jamais lui avoir reparlé, et ne pas vouloir lui reparler non plus. Geneviève Jeanson dit aussi ne plus s'intéresser au sport professionnel, et veut rester loin de la compétition. Elle avait écopé d'une suspension de 10 ans, qui théoriquement, se terminera l'an prochain.

Quant au film La petite reine, c'est pour elle une façon de tourner la page d'une carrière qui s'est mal terminée. Elle a collaboré au tournage du long-métrage comme consultante et se dit heureuse du résultat.

Le film La petite reine, inspiré de la carrière de la cycliste Geneviève Jeanson, sort en salle le 9 juin. ICI RDI présentera dans ses Grands reportages, ce soir et demain, deux heures de l'émission Enquête sur l'affaire Geneviève Jeanson.

INOLTRE SU HUFFPOST

Tournage du film «La petite reine»
Les films québécois de l'été 2014